© MHR
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Disputé dans des conditions météorologiques dantesques dignes de Saint-Brieuc un soir de Toussaint, le quart de finale de coupe d’Europe de rugby entre le Montpellier Hérault et le Benetton Trévise a donné lieu à un match aussi décousu que viril.

Avec quelques belles empoignades à la sortie de certaines mêlées. À l’issue de ce combat, c’est finalement Montpellier, plus solidaire dans les moments clés qui s’impose 31-25.

Il ne reste que dix petites minutes à jouer dans la première mi-temps. Les Italiens sont menés de deux petits points et s’apprêtent à prendre les devants au score grâce au talent au pied de leur buteur Paolo Garbisi qui réussit une nouvelle pénalité. Il permet aux Italiens de prendre les commandes au score, d’un petit point. Pendant que le transalpin se concentre, le XV héraultais se réunit en cercle et se parle. Beaucoup écoutent. Les leaders prennent la parole. Le jeune italien, 20 ans,  réussit son tir. Les Montpelliérains, visages concentrés, se remettent en place.

Une scène identique se reproduit à la 37e minute de jeu. Alors que le même italien, en pleine confiance, réussit à nouveau sa pénalité, les Héraultais se réunissent en cercle. Comme la première fois, aucune chance d’entendre ce que se disent les Héraultais. Mais à la sortie, un des joueurs de première ligne  hurle sur son équipe, pour les encourager « On maintient la pression les gars, on les maintient derrière nous. Pression, les gars ! On ne lâche rien !« . Dans un stade toujours aussi vide pour cause de Covid, les cris du coeur comme celui-ci sont audibles en tribune de presse.

La rage de vaincre. Voilà peut être ce qui anime le XV du Montpellier Hérault Rugby depuis quelques semaines.

Une volonté de gagner des matchs en Coupe d’Europe et surtout de sauver le club, toujours en fâcheuse posture en Championnat de France.

Conséquence probable de ce cri du coeur qui a fendu la fraîche soirée héraultaise, juste avant la mi-temps, après deux tentatives infructueuses du virevoltant ailier Gabriel N’Gandébé, le pack des Cistes met la pression, justement, sur les avants transalpins. La puissance héraultaise a fait céder l’adversaire. L’international français Paul Willemse parvient à déposer le cuir dans l’en but adverse. Les locaux viennent de prendre le large au tableau d’affichage (21/15, 39e) et de mettre un coup au moral des Italiens.

Vexés, ces derniers se rebiffent, obtiennent une énième pénalité dans les 30 mètres du camp du Montpellier Rugby. Pour la première fois du match, Paolo Garbisi se loupe complètement. Et c’est ainsi que les Héraultais rentrent au petit trot aux vestiaires, bien conscients d’avoir six points d’avance au tableau d’affichage. (21/15, mi-temps.).

Le début de la deuxième période est moins haché que le premier acte.

Mais la logique reste la même. Les deux équipes se rendent coup pour coup. Paolo Garbisi retrouve la précision, Benoît Paillaugue continue son sans-faute. Tellement précis que l’italien marque tous les points de son équipe et s’offre même un essai dès le début de la deuxième mi-temps. Il transforme lui-même son essai. (21/22, 48e).

Bien décidés à ne rien lâcher, les Héraultais se reprennent et mettent la main sur le cuir et s’installent dans le camp italien. Malgré un ballon rendu particulièrement glissant par une pluie fine, mais qui a redoublé d’intensité, les Héraultais s’appliquent, font des passes courtes. Après un temps de possession dans les derniers mètres italiens, les Héraultais creusent l’écart par un essai, longuement revisionné à la vidéo avant d’être accordé à Benoît Paillaugue. Le demi de mêlée imite son adversaire italien du soir et transforme à son tour son propre essai. (28/22, 60e.). Ce dernier poursuit son festival au pied en inscrivant dans la foulée une nouvelle pénalité (31/22, 62e). Auteur d’un sans-faute au pied, le jeune joueur est sorti à 16 minutes de la fin du match, applaudi sur le bord du terrain par le staff héraultais.

En fin de partie, presque plus rien ne sera marqué. Plus appliqués dans les moments importants et auteurs de 3 beaux essais, les Montpelliérains éliminent de valeureux joueurs de Trévise et se retrouvent dans le dernier carré du Challenge européen de rugby.

Réactions d’après match

Philippe Saint-André (Manager, Montpellier Rugby) : « Je suis très content de la victoire. C’est celle d’un collectif, d’un groupe qui vit bien ensemble. On enchaîne 5 victoires d’affilée. J’avais fait tourner. Il y avait 11 changements aujourd’hui par rapport à l’équipe qui a battu Glasgow, la semaine passée. J’assume ces choix. Malgré ce turnover, on met 3 essais et on réussit à battre une équipe de Trévise où tous les joueurs sont quasiment internationaux. Ce match serait dur, je le savais, mais le principal est là. On gagne et c’est très bien. Dès lundi, on doit être focus sur le match contre Toulon. Ce sera un match capital pour nous. Ensuite, il y a ce déplacement à Bordeaux, mais d’abord on se concentre vite sur Toulon, ici à la maison. (sur la situation à l’infirmerie, NDLR) J’espère récupérer plusieurs joueurs dans les prochains jours comme Grégory Fichten, Jan Serfontein, Arthur Vincent, Mohamed Haouas, Thomas Darmon. On retrouvera aussi des joueurs importants comme Vincent Rattez et Guilhem Guirado qui étaient en vacances cette semaine. Je le redis, demain c’est repos et dès lundi, on doit être focus sur la venue de Toulon. »

Fulgence Ouédraogo (3e ligne aile, Montpellier Rugby) : « Ce soir, on met vraiment beaucoup d’engagements. On tient, on ne cède pas. On s’accroche. Certaines choses tournent enfin en notre faveur. En début de saison, cela n’était pas le cas. C’était très dur à encaisser. Là, on profite, on joue, on gagne, ça fait du bien à tout le monde. On est tous concernés par le maintien du club en Top 14. On avait beaucoup trop d’indiscipline en première période, alors dès qu’il y a un temps mort ou une pénalité pour l’adversaire, on en profite pour se parler, se dire les choses, faire passer des messages. (Sur la suite de la saison, championnat et Coupe d’Europe.NDLR). Dès lundi, on retourne à l’entraînement. On pense tous à Toulon. On doit maintenir le club en Top 14. Même si la saison a été très dure à vivre avec toute cette série de défaites, dans le groupe, on se parle tous. On n’a jamais lâché. Il n’y a jamais eu de cassure au sein de l’effectif. On tient une nouvelle dynamique depuis le match face au Stade français Paris, même si juste après on a une grosse désillusion contre Castres là-bas. Mais, oui, depuis Paris, on est sur une nouvelle dynamique dans le jeu et dans l’état d’esprit. »

Benoit Paillaugue (Demi de mêlée, Montpellier Rugby) : « Ce soir, on est encore généreux dans l’effort. On joue ensemble, mais on commet encore beaucoup de fautes. On fait trop d’indiscipline. Maintenant, on gagne, ça fait du bien. On doit vite se concentrer sur le match de Toulon à la maison dans une semaine. On ne doit pas oublier qu’on vit une saison très compliquée et que le maintien en Top 14 n’est pas acquis. On devra faire beaucoup mieux que ce soir face au Rc Toulon. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Juvignac : Découvrez « Local Brass Quintet », mercredi 28 juillet

Pour sa soirée événement à Juvignac, le Festival Radio France Occitanie invite à découvrir Local Brass Quintet et son répertoire entre Debussy et Gershwin. Le rendez-vous est donné dans les...

Nîmes : La Ville lance sa première collection de podcasts

Une première collection de podcasts à écouter gratuitement, sur les grandes plateformes de streaming. Ces podcasts ont pour objectif de mettre en valeur les initiatives et les acteurs locaux. Au...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.