Sète : Sur les élections américaines : « Donald Trump est le président du Ku Klux Klan »

Sète : Sur les élections américaines : « Donald Trump est le président du Ku Klux Klan » (CR LLS)

À moins d’une semaine des élections présidentielles américaines, le démocrate Joe Biden disposerait d’une confortable avance dans les sondages nationaux face à l’actuel président républicain Donald Trump.

VOIR AUSSI : Nouveau confinement, Macron : « j’ai décidé qu’il fallait à partir de vendredi retrouver le confinement qui avait stoppé le virus. »

Qu’en est-il réellement ? Quelles sont les différences entre les deux candidats ? Quelles sont les conséquences de la politique de D. Trump sur le pays ?

Rencontre avec le Sétois Jean Solbès, spécialiste des États-Unis et ancien conseiller des Nations Unies, qui nous  livre ici une analyse de cette élection hors norme.

Quels sont les thèmes de cette campagne ?

Le thème majeur de cette fin de campagne est la mauvaise gestion de la crise sanitaire que l’ensemble des médias ainsi que les Démocrates appellent le « désastre Trump ». Une gestion qui a des conséquences sociales et économiques.

Les États-Unis doivent faire face à la fermeture de nombreuses entreprises, à l’augmentation des chômeurs ainsi qu’à celle de la pauvreté. Il faut savoir qu’il y a aujourd’hui 38 millions de pauvres, 17 millions de personnes sous-alimentées et 33 millions d’emplois supprimés.

Trump avait décidé, il y a 5 mois, d’octroyer une aide fédérale de 600$ à ceux qui perdaient un emploi. Aide qu’il a baissée il y a 10 jours à 200$ alors que la pauvreté explose encore dans le pays. Le chômage a augmenté de 30%, la pauvreté de 50% et les sans-abris de 40%.

Ce sont les gens de couleurs -20% de noirs contre 7% de blancs- qui trinquent. On retrouve donc, dans la politique de D. Trump, le problème de la racialisation. Il en ressort une forte inégalité sociale. Seulement 35 millions d’Américains (328 millions au total) ont une couverture médicale et 50 millions, une petite assurance. Il faut savoir qu’une semaine d’hospitalisation à New York à cause de la Covid-19 coute 30 000$. Il y a 8,6 millions d’Américains qui ont été testés positifs et on recense 225 000 morts. Du jamais vu. D. Trump accuse les hôpitaux de gonfler les chiffres.

Les autres thèmes de la campagne : les violences policières et un système judiciaire totalement injuste.

Qu’est ce qui différencie les deux candidats ?

Il ne faut pas oublier que D. Trump est le président du Ku Klux Klan. Il mène une campagne populiste d’extrême droite. Il nomme les Démocrates « Les Rouges ».

Joe Biden a un vieux passé politique. C’était le Vice-Président de Barak Obama. C’est un prolibéral. Il n’est pas favorable à l’assurance-santé et soutient le privé, mais aussi le budget militaire qui atteint 1,4 milliard de $ par jour. C’est dramatique.

Par contre, il est plus « soft » avec les revendications syndicales, propose notamment dans son programme de rembourser les soins des malades de la Covid-19. Il souhaite également en finir avec la fracture sociale.

Pour moi, aucun des deux candidats n’a l’envergure pour éradiquer la pauvreté, pour désarmer le pays…  Il aurait fallu Bernie Sanders à sa place.

Que disent les sondages à ce jour ?

Les derniers sondages sont favorables à Joe Biden. Même la presse nationale républicaine annonce D. Trump perdant. Tous les médias américains pointent du doigt, entre autres, sa mauvaise gestion de la pandémie. On remarque également une baisse significative de la bourse de New York. Ce qui signifie que même la haute finance a pris parti pour Joe Biden.

D’ailleurs, le démocrate a recueilli un milliard de $ les deux derniers mois. C’est d’avantage que D. Trump et cela montre, là aussi, le choix de la haute finance. C’est l’élection la plus chère de l’histoire. Pour être élu, il faut réunir 20 milliards de $.

Trump a-t-il donc d’ores et déjà perdu ?

On n’en sait rien. Il faut savoir que 20 millions d’Américains ont, à ce jour, déjà voté par courrier. La commission électorale nationale réunie à Washington aurait déjà constaté des fraudes à savoir des fausses signatures et des fausses identités.

Par ailleurs, chaque état peut changer la législation électorale. Pour exemple la Caroline du Nord qui a décidé que les voix pourraient être comptabilisées jusqu’à 9 jours après le jour du vote.

Je précise qu’aux États-Unis, le vainqueur est celui qui a le plus grand nombre de grands électeurs. Pour être élu, il en faut 270. Puis c’est la Cour Suprême Fédérale qui décide si l’élection est légale dans tel ou tel état. D’où l’importance de l’élection il y a quelques jours de la nouvelle juge de la Cour Suprême qui est d’extrême droite. Au total, il y aura 6 juges fédéraux d’extrême droite et 4 de droite.

Le problème de la vie politique américaine, c’est aussi la mainmise du bipartisme. Seuls les partis démocrates et républicains peuvent se présenter. On ne parle jamais des 2 autres candidats, Libertaire et Vert. Tout comme on ne parle jamais des progressistes qui représentent 70 millions de personnes. Pourtant, ce sont eux qui peuvent changer la donne en faveur de J. Biden.

S’il l’emporte, comment Joe Biden pourra redresser le pays ?

Je ne sais pas. Il s’attaquera sûrement à la pandémie. Espérons qu’il fera une législation plus sociale. Il faudra également que les progressistes soient actifs. Ce qui est sûr, c’est que les Américains pousseront un soupir de soulagement.