Frontignan : La mairie prend le projet « Cœur de Ville », à bras le corps

Frontignan : La mairie prend le projet « Cœur de Ville », à bras le corps (CR LLS)

« J’ai fait du cœur de ville LA priorité de mon mandat » déclarait le précédent maire de Frontignan, Pierre Bouldoire.

VOIR AUSSI : Violence, l’île de Thau : « les jeunes se croient dans Scarface ou se prennent pour Al Capone »

Il en va de même pour le nouveau 1er magistrat muscatier, Michel Arrouy qui, lundi matin, avait convié le président de la CCI de l’Hérault, André Deljarry pour une visite du centre-ville de Frontignan*.

Depuis le coup d’arrêt donné à un projet d’implantation de supermarché en entrée de ville en 1995, la Ville reste en effet mobilisée pour que son cœur reste un lieu de vie.

Création et extension de parkings de proximité, mise en place de la zone bleue pour un stationnement toujours gratuit, requalification de la rue Anatole-France, ouverture de la maison de services au public ou encore réhabilitation des halles…, les efforts ont été de taille de la part de la municipalité Bouldoire afin de rendre la ville attractive et accessible.

Et ce n’est pas fini sous Arrouy : pas moins de 35ME de financements ont été mobilisés par la Ville avec tous les partenaires à ses côtés (Région, État, Département, Agglo) afin de renforcer son plan d’action. Il s’agit de rénover l’habitat afin d’éviter la paupérisation, de redessiner les espaces publics avec notamment de nouveaux équipements (gare multimodale, miniplexe…) et de soutenir les commerces de proximité chers au maire.

Michel Arrouy, maire de Frontignan : « Entre Sète et Montpellier, la ville a une place à tenir »

« C’est une opération importante au moment où la Covid-19 impacte le secteur économique, souligne Michel Arrouy.  Entre Sète et Montpellier, Frontignan à un rôle tenir ».

Pour le président de la CCI qui a annoncé la tenue, du 4 novembre au 24 décembre 2020, de l’opération de (re)dynamisation des commerces de centre-ville, « City Foliz », la cité muscatière a « une place stratégique et Michel Arrouy pourra compter sur moi. Nous sommes là pour accompagner les maires dans leurs actions en vue de favoriser la vitalité du commerce et ici, il y a un vrai projet ».

Covid-19 : travailler sur les comportements individuels et collectifs

Même si Frontignan n’a subi aucune fermeture de commerces – « de nouveaux ont même vu le jour » –, le contexte sanitaire fragilise le secteur. « L’activité économique doit tout de même continuer malgré la Covid-19. Nous devons en revanche travailler sur nos comportements individuels et collectifs. Le risque ne vient pas des restaurants ou des bars. Bien sûr que nous avons envie de faire de grosses fêtes, mais nous devons être responsables ».

Point de vue partagé par André Deljarry : « nous devons convaincre le Préfet que certaines manifestations doivent avoir lieu. Cela est possible et est indispensable pour sauver l’emploi ».

Le logo « Frontignan, j’aime mon cœur de ville » estampillé sur certains documents de com’ de la ville prend tout son sens…

*Entouré de Mohamed Afennich, directeur de la CCI de l’Hérault, de Jean-Marie Sevestre, vice-président de la CCI de l’Hérault, de Frédéric Aloy, élu à l’urbanisme et au développement économique de la Ville et de Patrick Bourmond, élu au commerce et à l’artisanat.