Protoxyde d’azote, santé en danger des usagers, et tranquillité publique mise à mal. Rien, pas de règlementation nationale, sur ce gaz dit « hilarant. » Alors Michaël Delafosse prend ses responsabilités de maire.

C’est un fait, il appartient au Maire, dans le cadre de ses pouvoirs de police, de prendre les mesures adaptées pour prévenir les désordres et nuisances portant atteinte à la santé, à la tranquillité et à la salubrité publiques.

Un arrêté pour lutter contre le protoxyde d’azote

Michaël Delafosse a signé le jeudi 23 juillet un arrêté visant à lutter contre le fléau de l’usage détourné du protoxyde d’azote, à Montpellier. Soucieux de la santé des jeunes, et conformément aux engagements formulés lors de sa campagne pour les élections municipales, l’actuel Maire de la Ville de Montpellier s’engage pleinement dans la lutte contre la diffusion, la consommation et les désordres liés au protoxyde d’azote.

VOIR AUSSI [VIDEO & ITW] Michaël Delafosse : « la santé de nos enfants est une priorité »

Cet arrêté est immédiatement exécutoire. Il interdit la consommation, la vente ou la cession gratuite aux mineurs de protoxyde d’azote, ainsi que la détention, l’utilisation, l’abandon et le dépôt des cartouches de protoxyde d’azote sur la voie publique.

Des risques graves pour la santé

Ce gaz hilarant est d’usage très courant en cuisine, dans le domaine de la santé ou dans l’industrie. Les consommateurs le trouvent en vente libre dans les magasins et sur internet. Il est stocké dans des cartouches que les consommateurs, particulièrement des mineurs, détournent de leurs usages initiaux pour ses propriétés euphorisantes. Sa consommation, en pleine expansion, entraîne des risques graves pour la santé : troubles moteurs, altération de la perception, convulsions, troubles neurologiques…
D’autre part, ces cartouches consommées sur la voie publique et jetées au sol sont autant de déchets qui polluent la ville et portent atteinte à l’environnement. La présence de ce type de déchets a suscité des plaintes de la part de nombreux administrés auprès des services de police, pour atteinte à la sécurité, à la tranquillité et à la santé publique.

VOIR AUSSI [VIDEO] Montpellier : Michaël Delafosse toujours « le maire qui protège », avec cette fois à ses côtés EELV