Entouré d’experts, comme le Professeur Charles Sultan ou Tasnime Akbaraly chercheuse à l’INSERM sur les liens entre nutrition et santé, Michael Delafosse a présenté sa troisième mesure : « une alimentation plus saine pour nos enfants » lors d’une conférence-débat, le mercredi 30 octobre.

« Une alimentation plus saine pour nos enfants »

Une mesure qui impose une nouvelle politique de restauration collective. Mais qui va bien au-delà pour Michael Delafosse, candidat aux Municipales à Montpellier : « il s’agit de donner un réel sens écologique à la ville, et à sa métropole.» Autre invité qui fait autorité sur la question des circuits courts, des « zones agricoles sanctuarisées », c’est le maire de Barjac Édouard Chaulet : un pionnier du bio dans les cantines. Palmes académiques, et Mérite agricole, ordre national du Mérite, l’homme a su enchanter sa ville, et la rendre exemplaire dans de nombreux domaines. Une voie à suivre pour Montpellier, une voie que compte bien prendre le candidat de « La Gauche qui nous rassemble » et qu’il exposera durant cette campagne.

Explications avec Michael Delafosse, « La Gauche qui nous rassemble », Montpellier Municipales 2020 :

Annonce - Pub - Advertisement

Un rapprochement avec la nature, pour un rapprochement des citoyens

« Je ne veux pas d’une métropole qui se développe sans penser et sans prendre soin de ses territoires. Il faut une politique répondant aux enjeux de santé, environnementaux et sociaux de l’alimentation collective, et faire de Montpellier une ville exemplaire, » explique Michael Delafosse. Puis il indique aussi : « vous [les citoyens] vous êtes un levier important, nous devons créer collectivement de la responsabilité […] Et Montpellier sera au rendez-vous, comme Barjac a su le faire il y a 20 ans .[…] la santé de nos enfants est une priorité »

7 axes principaux

Une transformation basée sur 7 axes principaux : 100 % de produits bio, supprimer les produits ultra-transformés de nos assiettes, stop au projet de mégacuisine centrale pour un retour à la cuisine de proximité, moderniser les cantines scolaires, des barquettes en Inox sans perturbateurs endocriniens, la transparence totale avec la création d’un comité de suivi de la restauration scolaire, l’accès de toutes et tous à la cantine.

Pour le professeur Charles Sultan endocrinologue en pédiatrie, et expert international en Santé environnementale : « Il faut réduire les risques environnementaux et cela passe aussi par l’alimentation. »

De son côté Tasnime Akbaraly  épidémiologiste, chargée de recherche à l’INSERM précise : « agir sur l’alimentation n’est pas une mesurette de plus ou de moins, 1 décès sur 5 a pour cause l’alimentation. » 

Annonce - Pub - Advertisement