Pour « aider nos concitoyens à vraiment mieux se déplacer avec la TAM », Mohed Altrad a sorti une liste quasiment infinie d’idées et de propositions. Problème : aucune n’est chiffrée. Le chef d’entreprise, et candidat ne manque pas d’idées, mais se montre extrêmement peu bavard sur les montants de celles-ci. 

« Combien ça coûte ? » Personne n’a oublié cette célèbre émission de TF1 diffusée entre 1991 et 2009, présentée par l’inimitable Jean Pierre Pernaut. À la sortie du point presse de Mohed Altrad sur la TAM, et les transports sur Montpellier, force est de constater que la question se pose, et qu’aucune réponse chiffrée n’a été fournie, par le candidat. 

« À la TAM, on a actuellement un contrat solide qui a été signé en 2018 et qui court jusqu’en 2024. Mais il ne correspond plus à rien. Il n’est plus adapté du tout. Il doit donc être cassé, ou à défaut révisé ». Sûr de son fait, le chef de file de la liste « Le Coeur et l’Action » est convaincu que des « clauses existent pour ça, comme dans tous les contrats ».

Le message est clair. Pour être sûr qu’il soit bien compris par les journalistes, Mohed Altrad dégaine une ultime flèche « on a vu dans un récent rapport de la Cour des Comptes à Paris que la transparence de la gestion actuelle à la TAM est très clairement remise en cause».

Des contrôleurs de nuit bientôt en place ! 

Prenant l’exemple de ses propres enfants dont l’un s’est « fait tout récemment, violemment agresser » et à qui on a volé le smartphone, Mohed Altrad répète à qui veut l’entendre que « la sécurité dans les transports, c’est un vrai problème. Les incivilités, on en a marre. Insécurité, incivilités, il faut qu’on en parle dans cette campagne ». 

Excédé par cette insécurité latente dans le réseau de la TAM, Mohed Altrad propose d’instaurer « une brigade mobile de gens formés à lutter contre les incivilités et la violence», évitant toutefois de donner le nombre d’agents qui composeraient cette future nouvelle brigade. 

Conscient que « les contrôleurs font leur travail chaque jour», le Président fondateur de l’entreprise éponyme propose de « créer des équipes de contrôleurs qui ne circuleraient que la nuit ». L’objectif est clair : réduire la fraude dans les transports en commun, la nuit. 

Non à la gratuité dans les transports en commun.

Catégorique. Clair et net. Pas d’hésitation possible. Pour Mohed Altrad et ses colistiers, la gratuité totale dans les transports en commun, notamment proposée par Michael Delafosse dans cette campagne électorale, c’est non. « La gratuité, c’est une fausse bonne idée », tranche aussi Flora Labourier.

La jeune colistière souriante veut « un service beaucoup plus attractif, beaucoup plus efficace pour tous nos concitoyens » et estime que « cela ne sera clairement pas possible en appliquant la gratuité dans les transports ».

« Nous (la liste de Mohed Altrad, ndlr) on veut clairement augmenter la fréquence et la qualité du service de la TAM au quotidien, pour tous les Montpelliérains. On mettra du WiFi sur toutes les lignes de tramways. Mais on dit clairement, non ! au tout gratuit dans les transports », assène la numéro 2 de la liste « Le Coeur et l’Action », sans jamais se départir de son sourire.  

Du vélo, du vélo, toujours plus de vélos ! 

Interrogée par la presse locale sur le service de vélos proposé actuellement par la TAM, la jeune avocate se lance dans un long plaidoyer, en faveur du vélo. « Le vélo, c’est essentiel dans une ville comme Montpellier », entame Flora Labourier avant d’ajouter que son chef de file, s’il est élu Maire de Montpellier fera tout pour « renforcer les mobilités actives et notamment les vélos ».   

« Quand on monte dans un tramway avec un vélo, on emmerde tout le monde », se désole Flora Labourier. Pour y remédier, la colistière propose de mettre sur les rails «des rames spécifiquement conçues pour permettre aux cyclistes d’utiliser les tramways sans emmerder les autres ». Combien de nouvelles rames ? Pour quel coût ? Pour les chiffres, on repassera plus tard…

Interview Mohed Altrad, candidat aux Municipales à Montpellier :

VOIR AUSSI [VIDEO] Mohed Altrad au contact du réel, dans le camp de Roms de Bonnier de la Mosson

VOIR AUSSI Montpellier : Mohed Altrad, « il faut donner la priorité au CHU »