Ce mercredi matin, le candidat aux municipales, Mohed Altrad entouré du professeur Ariane Sultan et de sa colistière, Flora Labourier, organisait un point presse, sur l’actualité immédiate : le CHU de Montpellier et le Covid-19.

VOIR AUSSI : [VIDEO] Mohed Altrad au contact du réel, dans le camp de Roms de Bonnier de la Mosson

Au 44 Grand Rue Jean Moulin, le candidat de la liste « Le Cœur et l’Action« , tenait à s’expliquer sur « ses engagements sur les problématiques rencontrées par le CHU et notamment sur le soutien technique et logistique avec une implication inconditionnelle de la municipalité. »

Une chose est sûre, si Mohed Altrad emporte la Mairie en mars prochain, la municipalité, il l’affirme, la municipalité s’impliquera de manière « inconditionnelle ».

Pour le candidat aux municipales, la question du CHU est un paradoxe, alors même qu’il semble exceller dans sa gestion du coronavirus, il manque cruellement de moyens pour assurer son travail d’urgence quotidienne.

Même son de cloche du côté du professeur Ariane Sultan, aujourd’hui, le CHU peine à remplir sa triple mission : soins, enseignement et recherche, avec des locaux vétustes et des conditions d’accueil plus que déplorable, des mesures de température inquiétantes, 35°C dans certaines chambres, deux douches pour 30 lits, et une accessibilité complexe, entre absences de salon d’accueil, manque de places de parking et inexistence de dispositifs efficaces d’accueil des vélos.

« 15 millions par an dans le service communication de la Ville et de la Métropole, avec cet argent, pourquoi ne pas faire des douches dans l’Hôpital.«  – Mohed Altrad

Pour le chef d’entreprise, l’Hôpital souffre de nombreux problèmes, des problèmes qui traduisent un cruel manque de moyens, et qui pourraient à la moindre catastrophe faire disparaître des pans entiers du CHU, comme ses archives.

Pour le candidat qui assure prendre la présidence du Conseil de surveillance de l’Hôpital, s’il emporte la Mairie dans quelques semaines, il injectera dans l’Hôpital, les 100 millions qui lui manquent pour fonctionner dans des conditions optimales, pour le mettre au niveau des exigences médicales du XXIe siècle et renforcer et développer le pôle de recherche en collaboration avec les start-up et les entreprises nationales et internationales. Mais surtout, Mohed Altrad, l’affirme, « le Maire a un pouvoir dans le CHU, le maire peut défendre le CHU, localement et à l’échelle nationale. »

Pour sa colistière, Flora Labourier, c’est une évidence, « il faut défendre le service public » et le Maire doit reprendre des compétences sur ce domaine, le service rendu par le CHU doit être à son état maximum et un des leviers pour y arriver sera la future « Agence de développement économique responsable » portée par son candidat, qui fera au cours de son futur mandat de « la médecine un pôle d’excellence ». Et Mohed Altrad de conclure, « il faudra défendre l’hôpital, et avec l’autorité de la 7e ville de France, ce sera le cas ».