Lunel : Pierre Soujol répond aux critiques, sur son alliance de second tour

Jean-Pierre Berthet rejoint Pierre Soujol pour le second tour des municipales (CR)

Le ralliement de Jean-Pierre Berthet à Pierre Soujol interroge et divise.

VOIR AUSSI : [VIDÉO] Lunel : Jean-Pierre Berthet rejoint Pierre Soujol pour le second tour des municipales

Au-delà du chaos des réseaux sociaux, que ce soit la candidate soutenue par le rassemblement national, les proches du maire ou une partie de la presse locale, ce ralliement, un peu particulier, n’est pas passé inaperçu.

Pour Julia Plane, « Le parti de Soujol, c’est la Gauche ! »

Julia Plane, tête de la liste « Lunel se Rassemble » arrivée en troisième position, le soir du premier tour, ne digère pas ce ralliement, qui pourrait lui fermer les portes de la Mairie, « nous savions déjà que Pierre SOUJOL était Macron compatible. Aujourd’hui, sa fusion avec la liste socialiste de Jean-Pierre BERTHET fait réellement tomber son masque d’hypocrisie. Le parti de Soujol, c’est la Gauche ! »

Du côté du Midi Libre, on est aussi critique, notamment dans un billet, sur cette alliance, dont on prédit déjà une fin incertaine, « Certains, à gauche n’hésitant pas à parler  de discrédit vis-à-vis du travail mené par celle-ci ces deux dernières années de rang, c’est dire ! Cela va-t-il pour autant laisser des traces dans l’isoloir ? ».

Des critiques, sans fondement, pour Pierre Soujol

Pour le candidat, à l’attelage hétéroclite, suite « à l’annonce du rassemblement de nos compétences et de nos énergies avec Jean-Pierre Berthet au sein de l’équipe « Mon parti, c’est Lunel ! », nous avons reçu d’innombrables messages d’adhésion et de soutien à notre démarche. Les Lunellois(es) ont bien saisi tout l’intérêt d’unir nos forces pour répondre à leurs attentes, proposer des perspectives d’avenir pour Lunel, faire face aux conséquences inédites de la crise sanitaire et économique. La conjugaison des intérêts personnels entre le clan Arnaud, Julia Plane et un journaliste engagé est aujourd’hui dévoilée au grand jour ».

En somme, que retenir ? Une chose, il faut attendre, encore un peu, que la poussière retombe et pour que le débat se recentre sur les programmes et non sur les listes, sur le fond et non sur la forme.