Le groupe montpelliérain d’EELV appelle la Mairie et la Métropole de Montpellier à « travailler de concert avec les autres collectivités territoriales pour prendre soin des professionnels des Arts et de la culture ».

VOIR AUSSI : Mémo : Jour 51 COVID-19, « intermittents et culture, Macron veut mettre le paquet »

Alors que près de deux mois se sont écoulés, sans que les acteurs et actrices du secteur artistique et culturel aient pu exercer leur métier ou se projeter vers l’avenir, il est devenu urgent pour les militants écologistes de « faire un état des lieux des besoins sociaux », « d’apporter une aide financière exceptionnelle » et « d’aider à l’organisation des pratiques artistiques post-confinement ».

« Seule une lettre a été adressée par le Maire de Montpellier ».

Si nombre d’acteurs ont pu, bon gré, mal gré, continuer leurs activités, notamment en télétravail, le groupe local d’Europe Écologie – Les Verts regrette qu’à ce jour, « seule une lettre a été adressée par le Maire de Montpellier aux associations, s’enorgueillissant d’avoir maintenu des subventions (non votées et basées sur celles qui avaient été accordées l’année précédente, ce qui exclut de fait de nouvelles associations entrantes pouvant en bénéficier). À ce jour, ni le Département de l’Hérault – contrairement à celui du Gard-, ni la Métropole, ni la ville de Montpellier ne se sont inquiétés de son formidable réseau de professionnel·le·s de la Culture : petites compagnies et intermédiaires, tiers-lieux ; salles d’expositions, librairies… »

Pour les militants montpelliérains, « il semble que les artistes des arts visuels, affiliés à l’AGESSA ou à la Maison des artistes n’existent pas à Montpellier ». « À ce jour, ni la Métropole ni la ville de Montpellier n’ont manifesté un quelconque intérêt pour ces personnes, ces infrastructures, ces lieux ». « À ce jour, ils et elles n’ont pas été consultés, pris en compte ». Surtout, les écologistes déplorent que « l’enjeu n’est pas qu’économique ou touristique, il est celui du sens de ces métiers, et du dialogue à maintenir entre tutelles politiques et ceux et celles qui l’exercent ; il est question du courage politique nécessaire au maintien d’une vie artistique et culturelle riche dans nos quartiers, nos villes, nos zones périurbaines, nos campagnes ».

« La culture a besoin de beaucoup plus qu’une incantation »

Du côté de Sibylle Jannekeyn, porte-parole d’Europe Ecologie Les Verts Languedoc-Roussillon appelle « le conseil régional d’Occitanie, les conseils départementaux et les communes d’Occitanie à voter puis à verser, avant l’été, toutes les aides ordinaires et extraordinaires afin de rassurer, sauver des vies et des structures, et d’organiser le monde d’après. »

Pour la porte-parole régionale, « l’État joue pleinement son rôle de coordination avec les différentes collectivités territoriales. Les jours heureux de la culture doivent s’écrire  collectivement par les professionels, les tutelles, les collectifs, les organisations syndicales et politiques ».

Un plan d’urgence, à l’échelle nationale

Pour les porte-parole nationaux d’EELV, Alain Coulombel et Éva Sas, « pour assurer le maintien et la survie de la diversité des acteurs culturels, il s’agit maintenant d’accompagner la reprise progressive des activités, la réouverture des lieux culturels et d’entamer une démarche de coopération et d’entraide entre institutions culturelles publiques ou parapubliques et organisations privées ».

Pour les militants écologistes, à présent, il faut aller plus loin et mettre en place un plan d’urgence, doté de moyens suffisants, pour la culture, à l’image de que l’Allemagne a décidé de faire (50 milliards d’aides au secteur culturel, sur son plan de 1100 milliards). « Dans cette période de confinement où plus que jamais les grandes multinationales du numérique, les GAFAM, captent les outils du lien social et de la diffusion de la culture, il est temps de contraindre ces acteurs à participer à l’effort collectif, et particulièrement au financement de ce plan. Ce dont nous avons besoin c’est d’un « green new deal culturel » ».