Mémo : Jour 24 COVID-19, « un confinement prolongé après le 15 avril et au-delà ? »

Emmanuel Macron mars 2020 au centre interministériel de crise. © ÉLYSÉE

Confinement en France : prolongé au-delà du 15 avril, mais jusqu’à quelle date ? Jour 24, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Suivez ce mémo aujourd’hui [09-04-2020 : Mis à jour tout au long de la journée _]

Mais jusqu’à quelle date ?

Le gouvernement a annoncé que le confinement se prolongerait au-delà du 15 avril, sans pour autant préciser de nouvelle date. Des précisions qu’Emmanuel Macron devrait faire dans les prochains jours. L’Élysée avait lâché cette information mercredi 8 avril 2020. La France est entrée depuis le mardi 7 avril dans sa quatrième semaine de confinement. L’allocution d’Emmanuel Macron prévue lundi 13 avril devrait présenter aux Français, toutes les décisions concernant la lutte contre l’épidémie, pour les prochaines semaines.

Emmanuel Macron à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre

Dans le Val-de-Marne, le président de la République était en visite à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre. Il était accompagné du professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique du Covid-19, pour une rencontre avec « les équipes hospitalo-universitaires impliquées dans la recherche clinique contre le Covid-19« , précise l’Élysée.

Rungis, morgue provisoire : un sale business ?

Morgue provisoire au marché de Rungis : Castaner demande un contrôle. En effet l’opérateur privé en charge de ce service prévoit un forfait de 6 jours à 159 euros pour le séjour du cercueil, en condition de conservation. Une journée supplémentaire est facturée 35 euros. Et il faudrait débourser 55 euros pour une heure de recueillement. Christophe Castaner a annoncé ce jeudi avoir demandé un contrôle de cette morgue provisoire installée dans un hall du marché de Rungis qui a été réquisitionné pour accueillir les cercueils des victimes du coronavirus. Le ministre de l’Intérieur a qualifié la situation « d’anormale.« 

Environ 1,6 million de Français pourraient être infectés par le coronavirus

Environ 1,6 million de Français pourraient être infectés par le coronavirus, selon un syndicat de médecins généralistes. Sur la base d’une enquête menée auprès des praticiens, une première estimation communiquée ce jeudi par le syndicat de médecins généralistes MG France. « Evidemment, il s’agit d’une extrapolation, » a souligné lors d’une conférence de presse Jacques Battistoni, le président de MG France.

Près de 60.000 malades du Covid-19 ont été hospitalisés selon Santé publique France. Jacques Battistoni précise « ça donne une idée de l’ordre de grandeur, » en insistant sur le « décalage » entre le nombre de Français infectés et ceux déjà malades.

Castaner annonce le retrait des arrêtés de maires rendant obligatoire le port de masque

Masques obligatoires dans la rue ? Selon Christophe Castaner : « c’est un sujet problématique […] qui n’est pas médicalement démontré. » Le ministre de l’Intérieur a demandé ce jeudi aux préfets de « retirer les arrêtés » pris par des maires pour rendre obligatoire le port de masque dans la rue.

Et un petit tour à Marseille : Macron rencontre le professeur Raoult

Visite dans la cité phocéenne, ce jeudi, le chef de l’Etat s’est entretenu avec le directeur de l’IHU-Méditerranée, qui a publié une étude sur l’usage de l’hydroxychloroquine.

Didier Raoult, directeur de l’IHU-Méditerranée continue de promouvoir l’usage de l’hydroxychloroquine pour soigner les malades atteints du coronavirus. Avec ses équipes, il a finalisé ce jeudi une étude réalisée sur 1000 patients traités dans son service : « les choses sont très rassurantes sur ce traitement sur lequel on n’a pas eu d’ennui », précisait-il dans cette vidéo diffusée sur Youtube.

Soutenu par de nombreuses personnalités politiques, Didier Raoult garde encore des rapports difficiles avec le gouvernement. La rencontre avec Emmanuel Macron devrait peut-être le réintégrer dans la chaîne de décision, et démontrer que l’exécutif ne néglige aucune piste, pour combattre le covid-19.

Point presse sur la situation COVID-19 le 9 avril 2020 avec le Pr Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé :