Conséquence désastreuse du confinement, les violences intra-familiales explosent, avec une hausse estimée à plus de 30% selon les pouvoirs publics.

VOIR AUSSI : Hérault : Face au Covid-19, « Il est inutile d’acheter trop de pain pour le congeler, nous assurerons notre production quotidienne »

Dans l’Hérault, l’ensemble des services d’urgence sociale du Département maintiennent leur activité et leur présence auprès des familles. Le respect des consignes de confinement impose néanmoins de privilégier les contacts téléphoniques et les rendez-vous individualisés pour les situations d’urgence.

Le constat est simple pour le Président du Département, Kléber Mesquida« la lutte contre les violences faites aux femmes est une cause prioritaire. Ces derniers mois ont permis de libérer une parole parfois enfouie profondément. Je refuse que la crise actuelle revienne sur ces avancées. Avec la présence d’intervenants sociaux dans les commissariats et les gendarmeries, et la hausse des places en centre d’hébergement d’urgence, le Département a un objectif double : mettre à l’abri les femmes victimes de violences et leurs enfants, et surtout leur permettre de se reconstruire psychologiquement et socialement ».

Les principaux dispositifs

  • La plateforme d’écoute pour l’Hérault : 04 67 58 07 03 (le lundi de 9h à 13h, du mardi au vendredi, de 12h à 17h, appel anonyme)
    .
  • Intervenants Sociaux du Département en Commissariat et Gendarmerie
    • 06 83 78 34 29 (intervenant social en commissariat)
    • 06 74 94 49 73 (intervenant social en commissariat)
    • 06 21 32 01 81 (intervenant social en gendarmerie)

Le Département a aussi déployé un réseau d’hébergement pour mettre à l’abri les femmes enceintes ou accompagnées d’enfants de moins de trois ans.