« Plusieurs heures à l’air libre, il reste vivant, » New England Journal of Medicine. Jour 02, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

[18-03-2020 : Mis à jour tout au long de la journée _]

L’OMS qualifie le Covid-19 « d’ennemi de l’humanité »

Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré lors d’une conférence de presse en visioconférence : « ce coronavirus présente une menace sans précédent. Mais c’est aussi une occasion sans précédent de nous rassembler contre un ennemi commun, un ennemi de l’humanité. »

Live from WHO Headquarters – COVID-19 daily press briefing 18 mars 2020 :

USA, le nombre de morts double en 24 heures

Le nombre de victimes du Covid-19 aux États-Unis a augmenté très rapidement. À peine 24 heures, et le nombre de décès lié au coronavirus a doublé. Il est d’un total de 200 morts ce mercredi.

Chine : expulsion de journalistes

Pékin expulse des journalistes du Washington Post, du New York Times, et du Wall Street Journal. Expression de nouvelles tensions entre Pékin et Washington autour de l’épidémie de coronavirus, et de la liberté de la presse. Les deux plus grandes puissances économiques mondiales se querellent, des affrontements qui laissent pantois. Donald Trump a réagi en limitant le nombre de journalistes de la presse officielle chinoise. Pour Pékin, les journalistes américains dont les accréditations expirent cette année ne seraient plus autorisés à travailler en Chine continentale, à Hongkong et à Macao.

Covid-19 Plusieurs heures à l’air libre, il reste vivant

L’étude a été publiée par le NEJM (New England Journal of Medicine) et menée par des scientifiques des Centres de contrôles et de prévention des maladies, de l’Université de Californie. Le Covid-19 survivrait pendant plusieurs heures en dehors du corps humain, sur différentes surfaces, et même à l’air libre.

Coronavirus détectable de 24h à 3 jours. Leurs expériences ont montré que le nouveau coronavirus était détectable jusqu’à deux à trois jours sur des surfaces en plastique ou en acier inoxydable, et jusqu’à 24 heures sur du carton. Ainsi, cette étude financée par le gouvernement américain démontre que la viabilité à l’air libre du Covid-19 est comparable à celui du coronavirus provoquant le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Cela expliquerait que la pandémie  Covid-19 est supérieure à celle du SRAS de 2002 et 2003. Il se transmet donc beaucoup plus facilement.

Extraits de l’étude : « Nous avons évalué la stabilité du SARS-CoV-2 et du SARS-CoV-1 dans les aérosols et sur diverses surfaces et estimé leurs taux de désintégration […] Toutes les mesures expérimentales sont rapportées comme moyennes sur trois répétitions [… ] Le SRAS-CoV-2 est resté viable dans les aérosols pendant toute la durée de notre expérience (3 heures) […] Le SRAS-CoV-2 était plus stable sur le plastique et l’acier inoxydable que sur le cuivre et le carton, et un virus viable a été détecté jusqu’à 72 heures après l’application sur ces surfaces, bien que le titre du virus ait été considérablement réduit. » (Lettre publiée le 17 mars 2020 sur NEJM.org) Désuet ? Désinformé ? Quelques éléments qui pourraient rendre discutables, certaines affirmations de Jérôme Salomon Directeur général de la Santé, notamment concernant le port du masque.

Occitanie, conférence de presse via deux outils de réseaux sociaux Twitter et Facebook

Une conférence de presse à Toulouse avec Pierre Ricordeau, directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) Occitanie, Étienne Guyot, préfet de la région Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, Sophie Béjean, rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l’académie de Montpellier, chancelière des universités, et Benoît Delaunay, recteur de l’académie de Toulouse.

« Je demande à nos concitoyens d’appliquer les mesures de confinement »

« Nous sommes en situation de crise permanente, » lance Étienne Guyot. Il insiste : « je redis et je ne le dirai jamais assez, je demande à nos concitoyens d’appliquer les mesures de confinement, et les notions de gestes barrières. » Alimentation : « dans la mesure où ces magasins sont et seront réapprovisionnés normalement, il n’est pas utile de se précipiter.« 

Pour les vulnérables et les sans abris, les services de l’État sont mobilisés, le préfet rappelle que la trêve hivernale est reportée. Pour respecter les distanciations sociales de nouveaux lieux d’accueil sont recherchés, idem pour ceux déjà contaminés des lieux spécifiques sont prévus, avant hospitalisation. Alimentation : les plateaux de livraisons de repas se poursuivent.

« L’Aude et l’Hérault, les plus touchés »

Pierre Ricordeau fait noter que tous les soirs L’ARS publie un bulletin récapitulatif de la situation concernant le nombre d’infectés (cas confirmé) et le nombre de morts. « On n’est plus dans une situation où l’on teste tout le monde » et prévient ainsi que les chiffres perdent un peu de leur signification. Localisation : « on voit que l’épidémie s’installe dans la région avec l’Est plus touché que l’ouest et en particulier les deux départements de l’Aude et de l’Hérault. » Puis face à la réalité qui s’installe : « nous savons que la vague [d’épidémie] va monter et qu’au moment, où elle va monter, elle va monter très très vite, il faut se préparer dès maintenant. » Logistique : « la totalité des interventions qui peuvent être déprogrammées le seront, et le sont déjà, » assure Pierre Ricordeau, « avec une très bonne entente entre le secteur public et privé.« 

« À un mètre des uns des autres »

La rectrice de région, Sophie Béjean explique que l’Éducation Nationale est « très mobilisée et organisée pour préparer la situation que nous sommes en train de vivre [… ] tout en proposant une continuité pédagogique. » Numérique, et documents papiers sont mis en place en fonction des accès de chacun aux ressources en ligne. Côté Solidarité nationale pour préparer un accueil des enfants dont les parents sont professionnels de santé : ces enfants sont accueillis dans des écoles dédiées. À Montpellier 800 élèves ont été accueillis le premier jour « et ils sont à un mètre minimun des uns, des autres. Ils ont pour consignes de ne pas toucher les camarades.« 

Une dynamique de nation apprenante

Quant à Benoît Delaunay, il citera son ministre Jean-Michel Blanquer à propos de sa notion de « la Nation apprenante » et pour lui aussi : « c’est  un moment de confinement, mais d’ouverture vers l’extérieur pour favoriser le livre […] faire de ce moment difficile, un moment éducatif important.« 

#Nationapprenante

Mercredi 18 mars 2020, c’est le lancement de l’opération Nation Apprenante du Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse : Jean-Michel Blanquer.

Jean-François Delfraissy, dans sa cage d’escalier

« Nous entrons dans la période la plus difficile,«  annonce le professeur Jean-François Delfraissy immunologue et Président du conseil scientifique. L’homme qui est consulté par les politiques, se retrouve est dans sa cage d’escalier en direct sur France 2. Comme coincé par le virus, qui dimanche lui paraissait suffisamment anodin pour que le vote des municipales puisse avoir lieu. La question lui sera posée par le service public : « Comment avez-vous fait ce choix, dimanche on pouvait voter. Lundi il fallait confiner, quel a été l’indicateur, le déclencheur, le signal ? » Jean-François Delfraissy parle alors d’un conseil scientifique très multidisciplinaire,  pour construire une intelligence collective très difficile, puis : « nous sommes très humbles, il y a des tas de choses que nous ne savons pas […] on s’est appuyé d’une part sur des prévisions qui étaient faites, et qui suggéraient que la phase épidémique majeure, avec les formes graves, allait arriver maintenant […] et sur ce qui se passait sur le terrain, dans les services de réanimations […] ce n’est pas nous qui prenons les décisions, c’est le politique on est bien d’accord…« 

Sur le terrain, les soignants sont applaudis

Bel élan de soutien populaire à la mobilisation de tous les soignants, des applaudissement dans toute la France à 20h00.