Entouré de Pascale de Salaberry, ancienne Directrice du bureau des Congrès de Nîmes et d’Olivier Jalaguier, Yvan Lachaud, chef de file de la liste « Nîmes en Mieux » présentait ses propositions pour le développement économique du territoire, et notamment le tourisme. De propositions, il n’en manque pas. De critiques sur la situation actuelle, non plus.

« Actuellement, nous en sommes à l’âge de pierre sur ce qui est fait pour le tourisme sur Nîmes ». Dire qu’Yvan Lachaud se désole de la situation du tourisme dans la capitale gardoise est une lapalissade.  « Notre territoire regorge de qualités et de trésors. Ceux-ci sont pour le moment, tellement mal exploités » estime d’emblée le prolixe candidat, assurant que s’il devient Maire de Nîmes, le 22 mars prochain, il y « travaillera dès les premiers jours ».

« Il faut que nous axions davantage notre tourisme vers le digital. Il faut que le touriste quand il pose son sac à Nîmes puisse faire son circuit de visite comme il l’entend, en fonction de son âge, son mode de déplacement et surtout de ses envies », complète Olivier Jalaguier. Avant d’ajouter qu’il « faudra tout faire pour bien mieux accompagner le touriste, dès son arrivée sur notre territoire qu’il ne l’est aujourd’hui »

Échouer sur l’UNESCO, c’est inconcevable et pourtant…

Au centre des griefs de l’équipe Lachaud, l’échec en 2018 pour la candidature de la ville au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Sur ce dossier, Olivier Jalaguier ne mâche pas ses mots, et estime que l’équipe sortante « a agi avec précipitation, voire avec incompétence ». 

Une irritation à peine voilée, relayée par la tête de liste qui se souvient notamment  que « le Conseil International des Monuments et des Sites, le redoutable Icomos avait émis un avis défavorable. Dès lors que cet avis est émis, l’UNESCO suit toujours cette recommandation ». Pire, Yvan Lachaud rappelle que dans l’équipe en charge de ce dossier pour la municipalité, « personne ne parlait correctement anglais, c’est incroyable, mais c’est la réalité ». 

« C’est inconcevable qu’une si belle ville comme la nôtre ait pu ne pas obtenir cette inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO », tempête Yvan Lachaud. La colère passée, le candidat gardois propose de « tout remettre à plat, sereinement » et d’ « impliquer beaucoup plus et beaucoup plus concrètement les ambassadeurs de notre ville dans ce dossier ». Vérification faite, la cité gardoise devrait pouvoir déposer à nouveau un dossier de candidature dès 2020, voire 2021. 

Des projets concrets pour « sortir de l’âge de pierre » 

Conscients qu’il faut chouchouter les touristes pour leur donner envie de venir, et de revenir à Nîmes, et que la capitale du Gard n’est autre que « la porte d’entrée des visiteurs en Occitanie », dixit Olivier Jalaguier, Yvan Lachaud veut racheter au Conseil département du Gard, le grand parc Meynier de Salinelles pour en faire un « vrai lieu agréable qui soit rendu aux Nîmois et aux visiteurs venus de plus loin ».

À l’avenir, Yvan Lachaud souhaite oeuvrer pour la création d’un « grand complexe hôtelier de thermalisme, au cœur même du parc Meynier, pour inciter les adeptes des cures à redécouvrir ce site comme le centre-ville, pendant leur séjour dans le Gard ! » 

Faire venir les touristes à Nîmes, et leur donner l’envie de revenir à l’infini semble donc être le leitmotiv de l’équipe d’Yvan Lachaud, pour la prochaine décennie.

Interview Yvan Lachaud, Candidat Municipales 2020  » Nîmes en mieux !  » Président de Nîmes-Métropole :