Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Mardi 04 février, la présidence de l’université Paul Valéry Montpellier 3 va soumettre au Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire (CEVU) le vote sur un document sobrement intitulé « accès de plein droit ou candidatures du Master 1 au Master 2 pour les étudiants inscrits à l’UPVM en 2019-2020 ».

Dans ce document, nous découvrons que la sélection est rétablie dans 53 parcours de Master entre la première et la seconde année de Master. Ainsi, l’obtention du Master 1 ne garantit plus, à l’université Paul Valéry, l’accès à la dernière année de Master.

En 2017, lorsque le gouvernement avait autorisé la mise en place de la sélection par les universités à l’entrée du Master, c’était sous prétexte de supprimer la sélection au milieu du Master, pratiquée par quelques établissements. Désormais, la présidence de l’université Paul Valéry rétablit la sélection entre le Master 1 et le Master 2, tout en maintenant la sélection à l’entrée du Master. Concrètement et par exemple, un étudiant actuellement en Master 1 de Cinéma, qui avait jusque-là l’assurance, une fois son année obtenue, d’intégrer un Master 2, devra désormais candidater sur la plateforme « e-candidat », et passer par une sélection sur dossier. Ainsi, il n’est désormais plus garanti aux étudiants actuellement en Master 1 de pouvoir intégrer l’année prochaine le Master 2 correspondant, et ils se retrouvent mis en concurrence avec les étudiants venus d’autres universités.

Nous rappelons, que la sélection mise en œuvre à l’université Paul Valéry comme dans d’autres universités impacte prioritairement les étudiants  issus des milieux les plus précaires ou au parcours scolaire un peu sinueux. Après avoir opéré un tri social élitiste en Licence et en Master, désormais la direction de l’université tente de l’imposer au milieu du cursus de Master.

Le président de l’université Paul Valéry Montpellier 3 Patrick Gilli, et son équipe sacrifient une fois de plus les étudiants sur l’autel d’une idéologie élitiste et austéritaire. Dans un contexte ou de larges secteurs de la population se révoltent contre des conditions de vies de plus en plus précaires et invivables, le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) appelle les étudiants à se mobiliser contre ce tri social supplémentaire imposé.

Combien de temps allons-nous les laisser écraser notre présent et notre futur ?

Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier – SCUM
http://www.combatuniversitaire.wordpress.comsyndicat.scum@live.fr

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
À LA UNE

7e édition de « Partir en Livre » : Dernière ligne droite pour l’appel à projets

La 7e édition de Partir en Livre aura lieu du 30 juin au 25 juillet 2021. Cette année, la grande fête du livre pour la jeunesse portera sur la thématique...

Montpellier : « On veut le retrait pur et simple de la Charte de la Laïcité »

Ils n’étaient que deux à représenter « La Libre Pensée », vendredi 26 février sur le vaste parvis de l’hôtel de ville. Mais ces deux militants associatifs montpelliérains débordent d’arguments contre le...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LEGALES