Montpellier : Philippe Saurel souhaite faire du nouveau stade un « élément programmatique pour les candidats aux élections municipales »

Le nouveau stade prend encore du retard, mais devrait tout de même changer de place.

Dans une conférence de presse tenue en début d’après-midi, le maire de Montpellier, Philippe Saurel a expliqué les raisons du changement du lieu de ce « potentiel » futur stade qui devait initialement être construit près de la gare Sud de France, dans le nouveau quartier Cambacérès, en remplacement du stade de la Mosson, aujourd’hui en zone rouge sur le Plan de Prévention du Risque Inondation.

LIRE AUSSI : Montpellier : Au-delà des annonces, le nouveau stade sera-t-il un jour une réalité ?

Annonce - Pub - Advertisement

En théorie, le nouveau stade devrait être transféré de l’autre côté de l’avenue du Pont de la gare. En pratique, le changement ne devrait pas être validé avant un an, le temps de réaliser de nouvelles études de faisabilité. Rien ne dit que le projet n’évoluera pas d’ici-là…

Philippe Saurel souhaite faire du nouveau stade un « élément programmatique pour les candidats aux élections municipales.« 

Pour le premier édile de Montpellier, l’équation est simple, les candidats aux municipales de 2020 devront se positionner : « Je suis pour ou je suis contre le stade », « Je suis pour ou je suis contre le foot dans une zone non-inondable ». Pour Philippe Saurel, « si jamais j’étais candidat, j’opterais pour la reconstruction d’un stade neuf à Montpellier pour le MHSC et donc pour le transfert de la Mosson à Cambacérès ou proche de Cambacérès, en fonction des études qui vont s’engager dès maintenant.« 

Le maire de Montpellier a aussi profité de sa conférence de presse pour rejeter la proposition, que portent certaines associations montpelliéraines, d’organiser un référendum local sur le nouveau stade, « le RIC, ce sera les élections municipales. »

Du côté d’une partie de l’opposition, la conférence de presse ne passe pas.

Pour Manu Reynaud, porte-parole d’Europe Écologie – les Verts Montpellier, « comment imaginer qu’au bout de 5 ans, il faille repenser tout un projet de ZAC et de quartier sous prétexte de la méconnaissance d’un document administratif -le Plan d’Exposition au Bruit de l’aéroport-, que personne dans son équipe ou ses services n’auraient même consulté. » « Notons tout de même un point d’accord avec le maire-candidat. C’est aux Montpelliéraines et aux Montpelliérains de décider. Et ce sont bien les élections municipales qui devront trancher. »

Même son de cloche du côté de Michaël Delafosse, Président du groupe d’opposition municipal « La Gauche pour Montpellier » et Président de Destins Montpelliérains, « en informant le Président de la Métropole de l’incompatibilité du projet avec le plan d’exposition aux bruits de l’aéroport, les services de l’Etat rappellent qu’on ne peut pas faire ce que l’on veut dans son coin sans concertation. On se demande comment des études sérieuses de plusieurs centaines de milliers d’euros n’ont pas anticipé cela ?! »

Annonce - Pub - Advertisement