Hommage au 17ème !

[ÉDITO] En décembre 2017, j’étais très inquiète de la stratégie choisie par le Président et son Gouvernement de « l’extrême-centre » autoritaire face au mouvement des gilets jaunes.

Relire ce que j’avais écrit à l’époque.

En mars 2018, je suis choquée du choix d’envoyer l’armée samedi parce que la stratégie de maintien de l’ordre de laisser quelques milliers de « black block » faire des images négatives a  été débordée la semaine dernière.

Pour quelques milliers de casseurs à Paris et on envoi la troupe !

Quel aveu de faiblesse de ce gouvernement, mais quelle inquiétude pour le peuple.
Qu’en sera-t-il quand le peuple se révoltera et que les manifestant.e.s se compteront par millions ?

En 1907, les vignerons du Languedoc emmenés tant par des leaders de droite (catholique) que de gauche (anarchistes) se révoltèrent contre la crise du vin qui les menaçait tous de ruine.

Des manifestations de grande ampleur ont lieu à Nîmes (270 000 manifestant.e.s) et à Montpellier le 2 juin où 500 000 personnes étaient venues à pieds et avaient dormi par terre pour montrer leur colère et écouter les leaders faire des discours du haut des platanes de l’Esplanade !

Les manifestants envahissent la place de la Comédie – Montpellier (1907)

Pour l’époque on était sur un mouvement social très massif.

À Narbonne le 20 juin les soldats ont tiré sur la foule : 5 morts ! Le lendemain, les soldats du 17ème régiment composés de jeunes hommes de la région décidèrent de se mutiner et de fraterniser avec la foule à Béziers.

C’est à cette occasion que cette chanson a été composée : ces braves « pioupious » du 17ème (qui furent ensuite envoyés en bataillon disciplinaire dans le désert algérien, mais pas aux galères comme le suggère la chanson) ont sauvé la République en 1907 !

À nos braves soldats, qui samedi vont devoir surveiller des bâtiments publics et peut-être des restaurants de luxe, qu’ils se souviennent de leurs prédécesseurs du 17ème qui sauvèrent la République en 1907 !

Voici les paroles de la chanson Gloire au 17ème :

Premier couplet
Légitime était votre colère
Le refus était un devoir
On ne doit pas tuer ses père et mère
Pour les grands qui sont au pouvoir
Soldats, votre conscience est nette
On n’se tue pas entre Français
Refusant d’rougir vos baïonnettes
Petits soldats, oui, vous avez bien fait

Refrain :
Salut, salut à vous
Braves soldats du 17ème
Salut braves pioupious
Chacun vous admire et vous aime
Salut, salut à vous
À votre geste magnifique
Vous auriez en tirant sur nous
Assassiné la République

Deuxième couplet
Comme les autres, vous aimez la France
J’en suis sûr même, vous l’aimez bien
Et sous le pantalon garance
Vous êtes restés des citoyens
La patrie c’est d’abord sa mère
Celle qui vous a donné le sein
Et vaut mieux même aller aux galères
Que d´accepter d´être son assassin

Refrain
Espérons qu’un jour viendra en France
Où la paix, la concorde règnera
Ayons tous au cœur cette espérance
Que bientôt ce grand jour viendra
Vous avez j´té la première graine
Dans le sillon d’l’Humanité
La récolte sera prochaine
Et ce jour-là vous serez tous fêtés