Trois ateliers : égalité, citoyenneté et démocratie pour cette soirée Grand Débat, le 8 mars avec Coralie Dubost à Montpellier.

19h30. Droits des femmes, plus on en parle, plus la société évolue.C’est important de faire débat en cette journée internationale des droits de la femme. De plus, on est en période de Grand Débat. Un Grand Débat qui est là aussi pour une remise à plat du débat public,” expliquera la députée de l’Hérault avant d’inviter chacun à rejoindre l’atelier de son choix.

Ambiance studieuse, et atmosphère sereine afin de construire à plusieurs voix, les “revendications,” et les propositions qui seront remontées. Pour animer ces séances d’échanges, la prise de notes et la synthèse de chaque groupe étaient assurées par trois étudiantes en science politique et en communication.

Annonce - Pub - Advertisement

22h00, des retours multiples. Quelques exemples : vote blanc, et vote obligatoire, imposer l’égalité salariale par la loi. Education : éviter les notions de genre et lutter contre le marketing de genre. Ou encore, l’urgence d’un statut, et une retraite pour la femme au foyer.

Interview Coralie Dubost :

L’après grand débat, c’est quelque chose qui est attendu au sein des députés de La République En Marche, et comment cela va se passer ?

Coralie Dubost :Au niveau de la structure, c’est un peu compliqué, il y aura tout d’abord des conférences par territoires, et du temps de débat à l’assemblée […] je pense que ça va donner énormément de matière et d’idée […] il nous a été prévu du temps parlementaire en avril pour décider de ce qui va être traité en priorité…

Le premier prix Simone Veil remis à Aissa Doumara Ngatansou, ce n’est pas qu’un symbole, et aura-t-il selon vous une véritable efficacité politique ?

Coralie Dubost :oui, on porte tous et toutes au fond de nous, la responsabilité de dire non ! On veut que ça avance sur tous les continents, trop de femmes sont mises en danger. Le droit des femmes, c’est une question internationale, et l’on veut porter cette lumière-là. Ce n’est pas pour rien que c’est la grande cause du quinquennat. On veut évidemment bouger les lignes en France sur l’égalité salariale. Mais, je ne veux plus que des jeunes femmes soit mariées de force, je ne veux pas que des femmes soient maltraitées ou violées de façon légale dans d’autres pays.

Pour la conclusion de cette soirée, Coralie Dubost abordera la mise en place de la loi PACTE (Plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises), dans ses aspects moins connus que les questions de privatisation qui animent sénateurs et députés, c’est-à-dire concernant les articles de l’information sur les écarts de rémunération. Mais aussi sur ceux concernant le dispositif de non-discrimination au comité de direction ou de surveillance, et au comité de rémunération, notamment pour une représentation plus équilibrée des femmes dans les fonctions exécutives des sociétés.

VOIR AUSSI : Grand débat, grande colère, Coralie Dubost au cœur des Gilets Jaunes

Annonce - Pub - Advertisement