On aurait pu croire que la majorité choisirait la désescalade, elle n'en a rien fait en soutenant, dans la nuit du mercredi 30 au jeudi 31 janvier,  en plein mouvement des gilets jaunes, la loi LR "anti-casseurs".
VOIR AUSSI : « Acte XI » à Montpellier : marche pacifique, et affrontements à la marge
Le risque est grand pour les futures mobilisations des gilets jaunes, notamment au regard des interdictions de manifester que pourront, peut-être bientôt, prononcer les préfets.

L'interdiction, ...

Pour lire la suite, vous devez être connecté et abonné .