Les gilets jaunes ont-ils bousculé la CGT ? Si la question peut sembler absurde, la CGT va tout de même tâcher d’y répondre et peut-être reprendre vendredi la main sur la « colère légitime » avec une importante journée de mobilisation vendredi 14 décembre.

VOIR AUSSI : Montpellier, manif des lycéens ce mardi 11 décembre, ambiance…

Si la CGT a été bousculée dans les urnes, après les élections dans la fonction publique, et a perdu symboliquement le titre de premier syndicat – tous secteurs confondus – au profit de la CFDT, elle n’en a pas pour autant fini de lutter contre « l’attitude du gouvernement qui répond par la répression aux revendications qui s’expriment partout dans tout le pays. »

Pour les Unions Départementales CGT, FSU, SOLIDAIRES, « la mobilisation des gilets jaunes a permis l’expression d’une colère légitime. »

Si la mobilisation a été, initialement, décidée seule par la CGT, le 3 décembre dernier, elle estime, après « l’exercice d’enfumage » du Président de la République qui a « maintenu le cap libéral et l’austérité », « qu’il y a des raisons supplémentaires de se mobiliser le 14 décembre ».

Localement, les Unions Départementales CGT, FSU, SOLIDAIRES « s’indignent et condamnent fermement « Les Unions Départementales appellent les salarié-e-s, les étudiants et les lycéens à se réunir en assemblées générales et à décider de l’action nécessaire à la satisfaction de ces revendications y compris par la grève. »

Un premier rendez-vous est donné à Montpellier, zone de Tournezy devant les locaux du MEDEF à 9h et à Béziers, au rond-point du Capiscol à 11h, avant une manifestation à 14h, au départ du Peyrou en direction de la Préfecture de l’Hérault avec audience en Préfecture.

Les gilets jaunes prévoient, eux, l’acte V de leur mobilisation, samedi 15 décembre à 14 h, Place de la Comédie à Montpellier.