Le mouvement des « gilets jaunes » a prévu, samedi 17 novembre, plus de 700 blocages dans toute la France, notamment pour protester contre la hausse du prix des carburants.

Mais ce n’est pas seulement la hausse du prix des carburants qui est en cause, pour Stessy Seguin, membre de l’organisation du mouvement sur la région montpelliéraine, il ne faut pas réduire la mobilisation, « ce n’est pas que par rapport à l’essence, ce n’est pas que par rapport aux 80 km, c’est pour toutes les taxes, la CSG, la TVA », « toutes nos factures ont augmenté, que ce soit les mutuelles, que ce soit EDF, GDF, même ceux qui se chauffent au fioul ont été impactés. Au final, ce que l’on voit, c’est qu’on nous augmente toutes nos charges … et qu’il n’y a rien qui rentre. » Son ras-le-bol est profond : « on ne peut plus nous taxer plus que ce que l’on a déjà été taxés. »

LIRE AUSSI : Nîmes, les gilets jaunes : comment ça va se passer.

À l’approche de la mobilisation, le gilet jaune est désormais exhibé fièrement derrière leur pare-brise, par nombre d’automobilistes.

Pour l’organisatrice, le mouvement est surtout installé pour durer, dans l’Hérault comme dans le reste de la France, « ça ne va pas durer qu’une seule journée, on est lucides, on sait très bien que Macron ne va pas céder le 17, par contre on va continuer le 18, le 19, on sait que le 20, les infirmières  se mettent en grève, Pôle-emploi aussi. On va tenir le coup jusqu’au 20 et on se retrouvera tous ensemble. »

Découvrir la carte « prévisionnelle » des actions des « gilets jaunes »

Les organisateurs de la page Facebook « Blocage 17 Novembre 2018 – En Direct« , qui centralisent toutes les actions prévues samedi, ont recensé, ce jeudi, 723 événements dans toute la France.

Un mouvement asyndical et apolitique ? La question se pose depuis le début des premières formes d’expression de la colère des automobilistes.

Pour Stessy Seguin le mouvement est et doit rester asyndical et apolitique, « tout ce qui est politique, tout ce qui est syndicat, on ne veut pas en entendre parler, on ne veut pas que qui que ce soit, de quelque parti que ce soit, on ne veut pas entendre « c’est le RN qui a tout monté », ça n’a rien à voir, je ne fais pas partie du Rassemblement national et je suis organisatrice du mouvement et si le Front national vient se mêler à ça, on les jettera dehors …, on ne veut pas de politique. Chacun, vote ce qu’il votera au mois de mai, on n’est pas au mois de mai, on est là pour le 17 novembre. La politique reprendra sa place au mois de mai, pas avant. »

Entre Baillargues et Saint-Aunès, le point de rendez-vous est donné À 13h, sur le parking de Leroy Merlin à Saint-Aunès, avec pour signe de ralliement, le désormais incontournable gilet jaune. Plus d’informations sur la page Facebook du groupe : https://www.facebook.com/events/313362229276335/