C’est sur le quai d’Alger que le collectif « une marina pour qui ? Pour quoi ? » avait donné rendez-vous le jeudi 17 mai, pour tenir sa conférence de presse. Un quai d’honneur pour Laura, Natan, Gabriel et tous les autres qui ont su construire une action citoyenne gagnante.

Pourtant, ils avaient subi quelques railleries et même « une forme de mépris de classe » comme l’exprime Gabriel, avec encore une légère blessure perceptible dans sa voix. Mais ce collectif a su rester vigilant et constant dans son action. Et : le résultat est là, le travail paye. Sourds, aux litanies des responsables de la Région et du port qui agitent les promesses d’emplois, comme des conquistadors agitent quelques miroirs devant les indigènes. Lucides, face aux images faussement idylliques de marinas, ils ont travaillé le dossier dans le détail. Un projet pour méga yachts à Sète, ce n’est pas anodin et ça mérite qu’on s’y intéresse : financement et contenu du projet, emploi et retombées économiques, conséquences sociales et environnementales, privatisation du quai, nouvelles nuisances et conflits d’usage, tout y est passé.

De la rentabilité au bien-être, en passant par l’intérêt commun

Du rapport de force à la relation en toute intelligence, avec EPR Port de Sète – Sud de France… Bref : ils ont fait de la politique dans le vrai sens du terme.

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !