Sète. Séverine Métraz artiste jurassienne figure parmi les quinze artistes qui exposent leurs œuvres pour « Les journées de l’Amour », à la Chapelle du Quartier haut. Elle y présente une série de tableaux très originaux réalisés en collages représentant des icônes contemporaines. Celles-ci ont pour influences le surréalisme et le dadaïsme.

Interview de Séverine Métraz par Patricia Fosse :

Vous habitez la région du Jura comment avez-vous rejoint le collectif d’artistes de la présente exposition ici à Sète ?
Christy Puertolas m’a contactée via les réseaux sociaux, via Facebook, elle a découvert mon travail, a décelé le thème de l’amour… Les collages n’étaient pas présents. C’est la première fois que je viens à Sète. Des amis parisiens connaissant Christy m’ont confortée. Tout cela m’a influencée pour accepter.

Voulez-vous parler des œuvres exposées ici ?
Ce sont des icônes et images pieuses provenant d’une série qui a débuté en 2015. Ici sont exposées des icônes de 2016. Je continue et travaille sur d’autres séries en même temps. Ce sont des icônes modernes, je travaille sur la base d’icônes anciennes que j’ai chinées. Certaines sont très anciennes du début des années 1900, de la Première Guerre mondiale. Elles représentent des scènes bibliques catholiques comme « La mère à l’enfant » ou d’art orthodoxe. Les volailles et les poissons figurent les ouailles. Souvent vient s’inclure un élément qui n’a rien à faire là, il apporte une note d’absurde ou d’amour.

Qu’est-ce qui a déclenché votre inspiration ?
Au début c’était la valse des monstres sur du papier kraft, tout en collages. Des amis sont allés en Macédoine, ils ont ramené des reproductions d’icônes orthodoxes qu’ils m’ont offertes. Je me suis dit « il faut que je leur fasse leur fête ». J’ai décidé de jouer aux cadavres exquis*. Je me suis régalée. J’en suis à plus de 200 dans cette série.

Qu’avez-vous envie de transmettre comme messages avec vos tableaux ?
Un message de paix, de tolérance, comme si je réinventais une religion axée sur la tolérance concernant : l’homosexualité, la liberté de la Femme, le choix de sa sexualité.

Quel lien établissez-vous entre la paix et l’amour ?
Cela ne fait qu’un. L’amour est ma priorité, mon moteur dans le couple et l’amitié. On ne devrait même pas l’expliquer. On ne devrait pas se questionner sur ce qu’est l’amour, ce n’est pas divin, c’est humain, c’est quelque chose d’originel.

Souhaitez-vous ajouter quelque chose pour conclure ?
C’est une très belle découverte, nous avons été accueillis comme des rois par des personnes investies et passionnées. J’ai apprécié la qualité d’exposition dans la scénographie. On a aussi besoin de ça pour continuer…

LIRE AUSSI : Sète, encore plus d’Amour

* cadavres exquis – le Dictionnaire abrégé du surréalisme donne du cadavre exquis la définition suivante : jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes, sans qu’aucune d’elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes.

Le site de Séverine Metraz : www.severinemetraz.fr
Sa page Facebook : Severine Metraz