La Ligue du Midi qu’es aquò ? Faut-il dissoudre La Ligue du Midi ?

Tandis qu’une enquête a été ouverte après les violences perpétrées à la fac de droit de Montpellier, «antifas» et Ligue du Midi se sont défiés dimanche dans les rues de Montpellier.

Lire AUSSI : Rassemblement pacifique #facdedroit après « le Bruit et la Fureur » du groupuscule armé

Selon Me Sophie Mazas interrogée par Libération et représentante de la Ligue des droits de l’homme, on ne peut exclure que des militants de la Ligue du Midi aient pu faire partie du commando : «Nous travaillons actuellement sur des éléments convergents. Les méthodes qui ont été employées jeudi en fac de droit rappellent celles de la Ligue du Midi. Nous examinons aussi de possibles connexions entre des associations d’extrême droite, comme la Cocarde, et certaines filières de cette fac de droit…» Elle dénonce aussi l’instrumentalisation de l’hommage national.

Annonce - Pub - Advertisement

Lire AUSSI : Aux Invalides, mercredi : hommage national à Arnaud Beltrame.

Mardi, la députée de l’Hérault Muriel Ressiguier (La France insoumise) demande la dissolution de la Ligue du Midi. Faut-il dissoudre la « ligue » ?

La Ligue du Midi, se présente comme une force de « résistance » : « face à l’islamisation de notre territoire, nous sommes entrés en Résistance. Nous revendiquons non seulement le droit, mais plus encore le devoir de préserver nos identités, nos racines helléno-chrétiennes, notre civilisation. » Dans les faits, c’est surtout une entreprise familiale, celle des Roudier et de leur patriarche Richard Roudier initiateur du mouvement d’extrême droite créé en 2011.

Difficile de savoir combien ils sont. Eux, revendiquent 500 membres. Une manifestation anti-migrants organisée à Montpellier en 2016 en avait rassemblé 200. Une autre 70. Sur Facebook, ils sont près de 10.000 à les suivre, sur  Twitter plus de 2600.

L’idéologie du « groupuscule identitaire » n’est pas difficile à comprendre : ce sont « Les Identitaires en Occitanie » comme ils se présentent. En somme des défenseurs d’une xénophobie haineuse et décomplexée, maquillée d’héroïsme carton-pâte. Le groupuscule est proche des « Brigandes » le sulfureux groupe de La Salvetat, et leur apporte un soutien indéfectible.

Lire AUSSI : « Les Brigandes » : Le groupe sectaire d’ultra-droite passe-t-il à la vitesse supérieure ?

Récemment, le 30 juin dernier, la Ligue a participé à la vandalisation et la mise à sac du local de l’association R.A.I.H. – Réseau accueil insertion Hérault – qui réalise un travail conséquent sur les mineurs étrangers isolés, tout en scandant des propos haineux et provocant. Le groupe avait également publié son action en vidéo sur les réseaux sociaux, accompagnée du message « on est passé chez les collabos ».

Le groupe raciste défraie la chronique judiciaire depuis des décennies. Mais pour ce « fait d’armes », Richard Roudier sera relaxé le 12 décembre 2017. Pas Olivier Roudier son fils : «Roudier Olivier a déjà été condamné à trois reprises pour des faits de dégradations, outre de nombreuses autres condamnations pour conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, violences avec arme, port d’arme, provocation à la discrimination, violences par personne en état d’ivresse.» Ce sera donc un mois ferme et 2 000 euros d’amende. Il a été fait appel de ce jugement.

Dans un courrier adressé au président de la République, Muriel Ressiguier, députée de l’Hérault demande la dissolution de la Ligue du Midi.

La députée de l’Hérault-Montpellier justifie cette demande par une lettre déjà adressée à Gérard Collomb ministre de l’Intérieur datée du 17 juillet 2017 où elle demandait déjà cette dissolution, suite au saccage filmé des locaux de l’association RAIH d’aides aux mineurs isolés.

Le 27 février 2018, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb précisait que seul le Président de la République peut dissoudre, “Ce n’est qu’à titre exceptionnel que le Président de la République peut procéder, par décret en conseil des ministres, à la dissolution administrative d’une association sur le fondement de l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure”.

Un courrier de Muriel Ressiguier daté du 20 mars 2018, enjoint à présent le Président de la République à dissoudre la Ligue : « La pensée et les actions xénophobes des militants de La Ligue du Midi sont avérées et il est, aujourd’hui de votre responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour dissoudre la Ligue Du Midi. »

Annonce - Pub - Advertisement