Il existe des citoyens « apolitiques » qui font de la politique au sens noble du terme, c’est-à-dire qu’ils s’occupent réellement de la gestion de la cité. Sur le cas précis de l’eau, ces citoyens sont les membres de l’association Eau Bien Commun Gard, rencontre avec Sébastien Berthaut-Clarac. 

Nîmes, chaque année, c’est plus de 7,5 milliards de litres d’eau potable qui sont perdus sur l’ensemble de l’Agglomération. Et Sébastien Berthaut-Clarac utilise une image très parlante : « …nous pourrions théoriquement donner un litre d’eau à chaque habitant de cette planète. Toutes les secondes nous perdons 300 litres… ».

Rencontre avec Sébastien Berthaut-Clarac :

Scandales et gâchis, la situation devient alarmante. Le Président de Nîmes Métropole, Yvan Lachaud avoue même que « la SAUR a oublié de changer 22 000 compteurs qui ont pourtant été facturés aux usagers. » Peut-on parler d’incompétences quand en 2016, les chiffres d’affaires de Veolia, Suez et Saur étaient respectivement de 24,15 et 1,2 milliards d’euros ?

LIRE AUSSI : Nîmes le supplice de l’eau

Premières Lignes Télévision, société de production et agence de  presse, se penche sur le cas nîmois dans le magazine Cash investigation présenté par Élise Lucet et diffusé ce mardi 13 mars, à 20h55 : « L’eau, scandale dans nos tuyaux », une enquête documentaire de Marie Maurice, à Nîmes et en Île-de-France sur les marchés opaques des services de l’eau et de l’assainissement.

Coup d’éclairage sur Veolia, Suez et Saur, attention Cash investigation s’interroge sur notre facture d’eau. À voir dans l’émission, les interventions de Sébastien Berthaut-Clarac et Patrick Dufau de Lamothe, expert national en la matière.

Sur Nîmes l’association Eau Bien Commun Gard, propose un audit et un débat public sur la gestion de l’eau et de l’assainissement à Nîmes Métropole. Si vous désirez signer la pétition adressée à Yvan LACHAUD, Président de Nîmes Métropole, c’est ICI