© Illustration

Le 29 octobre marque la date de la journée mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

En France, 150 000 personnes sont victimes d’un AVC chaque année, un toutes les 4 minutes : plus de 110 000 sont hospitalisées et 30 000 en décèdent. L’AVC est la 1re cause de handicap acquis de l’adulte, la 2e cause de démence après la maladie d’Alzheimer et la 3e cause de mortalité (1re cause chez la femme).

En Occitanie, la prise en charge de l’AVC repose sur une filière territoriale, renforcée par des journées de coordination :

  • Une journée des urgences neurovasculaires réunissant urgentistes et neurologues afin de  partager et d’échanger sur les actualités et les protocoles de prise en charge, dans une démarche  de meilleure coordination des acteurs. La 1re journée se tiendra début décembre.
  • Une journée paramédicale de l’AVC, avec conférences et ateliers pratiques, visant à actualiser les  connaissances thérapeutiques et améliorer l’accompagnement et la prise en charge des patients. Les 4èmesjournées ont réuni près de 130 professionnels début octobre.
    .

Un diagnostic précoce et une prise  en charge rapide permettent de réduire la mortalité de 30% et limiter la gravité des lésions et leurs conséquences.

Les principaux signes de l’AVC à connaître et reconnaître :

  • déformation de la bouche (exemple : grimace ou sourire non symétrique);
  • faiblesse d’un côté du corps, bras et/ou jambe (exemple : lorsqu’on demande  à la personne de lever les deux bras, l’un des bras ne peut être levé ou retombe) ;
  • troubles de la parole (exemple : lorsqu’on demande à la personne de répéter une phrase, elle a des difficultés à parler ou à comprendre).
    .

Comment prévenir les facteurs de risque de l’AVC ?

Avec une alimentation peu salée et équilibrée, en luttant contre le surpoids et en pratiquant une  activité physique régulière, via l’arrêt du tabac et la réduction de la consommation d’alcool, ces actions diminuent sensiblement les risques d’hypertension artérielle, d’obésité, de diabète,  et d’hypercholestérolémie qui favorisent la survenue d’un AVC.

Partager l'article :