Illustration d'une manifestation dans l'Hérault (© Lila Brochier)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Menacer de répression les ATSEM, les agents municipaux UNIS avec leurs  syndicats : ils osent tout !  Non monsieur le Maire, tout n’est pas permis !

Ce mardi 22 juin, 500 agents de la mairie unis, avec une présence  forte des ATSEM, se sont  réunis devant la  mairie dans le cadre d’un appel intersyndical à la grève.

En effet, la loi Dussopt du 6 août 2019 prévoit le passage au 1607 dans les collectivités territoriales à partir de  2022. Un  peu  partout,  cette loi  est  saisie  par les  exécutifs locaux  pour  remettre  en  cause les  accords  datant  d’avant 2001.

Ainsi,  c’est  parfois  la  fin  des  aménagements  pour  des  postes  pénibles,  de  nuit  ou  le  week  end,  parfois  une  dégradation des conditions de  travail avec des économies d’emplois. Sur Montpellier, les ATSEM  vont devoir  remplacer les vacataires animateurs des activités péri-scolaires.

Ceci fait également suite au vote par le conseil municipal en février dernier, de la remise en cause du droit de  grève  pour  les  agents  territoriaux,  en  obligeant  au  passage  les  animateurs  à  se  déclarer  gréviste  la  journée  entière, au lieu d’un décompte en demi-journée auparavant.

D’un côté : on congratule les agents pour leur dévouement durant l’épidémie, de l’autre, on leur augmente le  temps de travail, on remet en cause leur droit de grève, on passe en force.

C’est  dans  ce  contexte  que  les  agents  territoriaux  sont  descendus  face  à  la  mairie.  Ceux-ci  ont  trouvé,  fait  inhabituel, les portes de la mairie  fermées et des grilles posées. Quand ils ont appris le refus de la mairie de  recevoir les personnels, les agents ont poussé les grilles, puis ont scandé « Delafosse démission ». Les images  ont été largement diffusées.

C’est  pour  ces  faits  d’une  incroyable  banalité  que  le  Maire  a  décidé  de  porter  plainte  contre  ses  agents  en  exigeant  des  conseils  de  discipline,  en  tentant  de monter  cette  affaire  en  épingle,  avec  l’aide  d’ailleurs  de  la  responsable  de l’UNSA,  si  prompte  à  condamner les  agents  et  à montrer  au Maire  sa  servilité  (qui  d’ailleurs  n’est pas passée inaperçue aux yeux des agents). Et le Maire d’en rajouter, d’en  faire des caisses : des slogans  « haineux » auraient été scandés, une incroyable « violence » se serait déchainée. Voilà la petite campagne de  com’ que cherche laborieusement à mener la clique installée à la Mairie pour justifier leur répression.

Un responsable de la Mairie a même indiqué que cette grève aurait des motifs politiques, vu qu’elle a eu lieu  entre  les  deux  tours  des  Départementales.  Un  complot  mondial  des  Atsem  pour  faire  basculer  l’électorat ?  Prière de ne pas rire.

Mais  tout le monde a  vu  qu’il n’y avait aucune haine ni  violence, mais de la colère et de la détermination, et  beaucoup de joie à se retrouver unis face à la mairie.

Notons également que les mêmes responsables politiques, si prompts à dénoncer des agents qui poussent une  grille,  n’ont jamais  dit  un mot  de la  répression  sanglante  qui  frappe la jeunesse et les manifestations  depuis  maintenant deux ans…

Celles qui font les métiers les plus mal payés et les plus durs se voient maintenant avec une épée de Damoclès  pour avoir poussé des grilles ! Voilà ce qu’est une « mairie de gauche » !

Le Maire doit retirer sa plainte honteuse !
Non à l’application de la loi Dussopt qui détruit les acquis des agents
par la Mairie de Montpellier ! 

CLRR éducation 34

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Conseil de Métropole du 28 juillet, « on fait des choix et je remercie les Maires d’approuver ces choix »

Ce mercredi 28 juillet 2021, 114 affaires étaient à l’ordre du jour du Conseil de Montpellier Méditerranée Métropole, réuni en « présentiel », mais en jauge limitée et sans présence...

Covid-19 : L’Occitanie sévèrement touchée par la reprise épidémique

La région est sévèrement touchée par la reprise épidémique, avec un taux d’incidence moyen de plus de 360 le 26 juillet, soit plus de 7 fois le seuil d’alerte fixé...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.