Montpellier rassemblement devant le tribunal - Photo (© FB Alliance Police Nationale 34)
Montpellier rassemblement devant le tribunal - Photo (© FB Alliance Police Nationale 34)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Viry-Châtillon 2016, une ville de l’Essonne une bande de jeunes attaque et brûle des policiers. 2021, la cour d’assises des mineurs de Paris a condamné en appel 5 jeunes à des peines allant de 6 à 18 ans de réclusion criminelle, pour leur rôle dans l’attaque de policiers brûlés au cocktail Molotov.

Cette même cour a prononcé 8 acquittements. Les accusés encouraient la réclusion criminelle à perpétuité. Des syndicats de policiers ont manifesté et ont protesté contre l’acquittement en appel de ces huit accusés, le mardi 20 avril devant le palais de justice de Paris situé sur l’île de la Cité.

« Policiers attaqués, citoyens en danger »

Dans le calme, les fonctionnaires étaient rassemblés à 12h30, avec les drapeaux des principaux syndicats de gardiens de la paix, Alliance, Unité SGP-Police, UNSA-Police et Synergie Officiers, selon l’Agence France-Presse.

Sur les banderoles, il était inscrit : « Policiers attaqués, citoyens en danger » ou encore « Votre sécurité a un prix. Nous attendons protection et reconnaissance. »

C’est ce verdict moins sévère qu’en première instance, prononcé dans la nuit de samedi 17 au dimanche 18 avril dernier, qui a provoqué la déception profonde des syndicats. Idem, la stupéfaction était complète du côté des parties civiles, et des avocats. Thibault de Montbrial évoquera même la notion d’un « naufrage judiciaire. »

Pour mémoire, l’article 434-25 du Code pénal stipule : « Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance est puni de six mois d’emprisonnement et de 7.500 euros d’amende. »

Sur RTL, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a annoncé qu’il recevrait samedi les policiers blessés en 2016, et a précisé qu’il ne soutenait pas « les manifestations devant les institutions. »

Occitanie : des rassemblements de policiers ont eu lieu mardi 20 avril devant les tribunaux de justice de plusieurs villes : Albi, Carcassonne, Montpellier, et Toulouse. Concernant les agresseurs de policiers, l’ensemble des fonctionnaires estime que la Justice doit appliquer les peines maximales incompressibles prévues par le Code pénal.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Gabriel Attal en visite dans l’Hérault pour défendre la politique du gouvernement

L’Hérault est sévèrement touché par la reprise épidémique (quatrième de France), avec un taux d’incidence de 525 cas pour 100 000 habitants. Alors que la France vient de franchir le...

Cinéma en plein-air : Un mois d’août à Saint-Quentin-la-Poterie

Cet été, les Toiles du Sud et l’Office Culturel proposent quatre projections de films à découvrir en plein air. Le rendez-vous est fixé au Parc Chabrier, près de la place...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES