Montpellier peut remercier Andy Delort (© MHSC)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

À Perpignan, la ville a 2 clubs de rugby : l’USAP, en rugby à 15, qui vise à la fin du printemps, une remontée en TOP 14, dans l’élite du rugby hexagonal d’un côté, et les Dragons Catalans, en rugby à 13.

Ces derniers jouent dans le stade Gilbert Brutus. C’est ce dernier qui accueillait, une fois n’est pas coutume, un quart de finale de Coupe de France de football entre le village occitan de Canet en Roussillon et les footballeurs professionnels du Montpellier Hérault Sport Club.

Les Catalans n’avaient rien à perdre.

C’était pour eux, le match de l’année voir d’une vie pour certains. Évoluant en national 2 de football, les CanÉtois ont crânement joué Leur chance. Dans un stade où une poignée de privilégiés avait pris place en tribune juste en dessous de la tribune de presse, les Montpelliérains savaient que la soirée avait tout du match piège. Cela s’est confirmé après une grosse demi-heure de jeu, lorsque Michaël Lesage portait le sifflet à sa bouche en désignant le point de penalty. Cela venait sanctionner une grossière faute, en position de dernier défenseur, de l’expérimenté capitaine héraultais sur Jeremy Posteraro, attaquant catalan trop rapide pour l’Héraultais. Pénalty et carton rouge. L’arbitre appliquait à la lettre le règlement. Dépité, tête basse, le quadragénaire montpelliérain quittait la pelouse et ne regardait pas Toufik Ouadidi réussir le tir au but et ouvrir le score pour les amateurs. (1/0 pour Canet en Roussillon. 24e)

Conséquence logique de cette expulsion logique, Michel Der Zakarian devait réorganiser toute son équipe. Le rapide milieu de terrain Florent Mollet laissait ainsi sa place à son coéquipier Mihailo Ristic. Ce remplacement aussi inattendu que précoce engendrait un timide réveil des attaquants héraultais, jusqu’alors particulièrement peu en forme, avec un seul tir cadré après 22 minutes de jeu… Très étonnant quand on sait qu’en face, les joueurs évoluent en 4e division de football français.

La fin du premier acte voyait les Héraultais accentuer la pression sur le but Canetois. Sans réussite.

Maxime Ferry bloquait avec plus ou moins de fermeté toutes les tentatives du MHSC. Tête basse, visiblement très irrité, c’est ainsi que le volcanique coach montpelliérain regagnait les vestiaires à la pause. Son équipe étant menée 1/0.

Conscient de l’urgence de la situation et de leur double obligation, revenir au score et mettre la pression sur l’équipe adverse, les Montpelliérains décidaient dès le début de deuxième période, de faire du camp catalan, leur camp et s’installaient ainsi dans les 30 derniers mètres de la défense adverse lors de longues phases offensives, souvent aussi bien construites qu’infructueuses au tableau d’affichage. (1/0. 56e.)

« Ne reculez plus ! On est là pour jouer ! »

C’est la consigne donnée, pour ne pas écrire hurlée, par le capitaine catalan Diadié Diarra à ses dix valeureux coéquipiers juste avant l’heure de jeu. Conscient de voir son équipe constamment mise sous pression par les attaquants héraultais, enfin réveillés après une première mi-temps où ils ont brillé par la faiblesse de leurs tentatives face au gardien Canetois.

Malheureusement pour le capitaine catalan, pile à l’heure de jeu, sur une action d’école des Héraultais, Téji Savanier réalisait une passe décisive millimétrée dont il a le secret pour Andy Delort, dans la surface de réparation des amateurs. Ce dernier ne se faisait pas prier pour tromper d’un splendide tir croisé le jeune gardien Canetois et permettre aux Montpelliérains de revenir au score alors que les professionnels jouent à 10 contre 11 Canetois. (1/1. 63e.)

A la 83e minute de jeu, le ciel est tombé sur les têtes des Catalans. Le jeune Mafuta Mbimba bousculait le virevoltant attaquant héraultais Elye Wahi. L’arbitre désignait à nouveau le point de penalty. Sans trembler, Andy Delort prenait le gardien Canetois à contre-pied. Après 85 minutes de jeu, pour la première fois du match et sans être vraiment dominateur, Montpellier prenait l’avantage au score 2-1.

Dans une fin de match à sens unique, les Héraultais conservaient l’avantage au tableau d’affichage. Sans briller, les coéquipiers de Téji Savanier poursuivent l’aventure en coupe de France. Les Canetois, eux, ont peu de choses à se reprocher. Ils y ont cru jusqu’au bout, mais leur brillant parcours en Coupe de France s’est brutalement arrêté par un frais soir de printemps à Perpignan.

Réactions d’après match

Farid Fouzari (entraîneur, Canet en Roussillon) : « Clairement, c’est la déception qui prédomine. Je pense qu’on a manqué de fraîcheur. Ça s’est joué sur des petits détails. Même à 10 contre 11, Montpellier nous a posé des problèmes en maintenant beaucoup de rythme. Je n’ai absolument aucun regret sur ce qu’on a produit. On les a embêtés par moments. On savait qu’ils allaient pousser après l’expulsion. »

Michel Der Zakarian (entraîneur, Montpellier.) : « On est tous heureux pour le club, pour ce club, mais aussi pour tous nos supporters, pour les joueurs. C’est une compétition qu’on a dans les tripes et j’espère que cette saison, on ira le plus loin possible. Nous avons démarré le match trop tranquillement, sans intensité, sans agressivité. C’était ennuyeux. Même si l’adversaire a fait ce qu’il fallait pour nous enquiquiner, franchement, on dormait en première mi-temps. Et il nous est arrivé une grosse tuile avec un penalty et un carton rouge. En deuxième mi-temps, les joueurs ont mis les ingrédients pour renverser les choses, grâce à des joueurs de caractère. Et on a gagné. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

[VIDEO] Montpellier : Fabien Roussel, « si on n’en parle pas, ça passera comme une lettre à La Poste »

[VIDEO] Ce mercredi 5 mai, le groupe communiste de la Mairie de Montpellier organisait une conférence de presse en présence de Fabien Roussel, député du Nord et secrétaire national du...

Montpellier : Lancement de « La Grande Consultation » d’ACM auprès de ses 50 000 locataires

Entouré de Michel Calvo, adjoint au Maire, délégué à la Ville fraternelle et solidaire et Président d’ACM HABITAT et de Cédric Grail, Directeur Général d’ACM HABITAT, Michaël Delafosse, Président de...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.