Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDEO] Quelques jours après le déplacement terrain de sa voisine du Gard, Marie Thérèse Lecaillon auprès des arboriculteurs locaux, Jacques Witkowski était à son tour présent, ce lundi 12 avril, toute la matinée, aux côtés des vignerons héraultais, très durement touchés par le coup de gel du milieu de la semaine dernière.

La situation est alarmante parfois, désespérée souvent. Reportage.

« J’ai demandé à mes services de chercher une situation similaire. On m’a fait remonter qu’il y avait eu une situation à peu près comparable mais pas vraiment. » Le représentant de l’Etat est chaudement habillé, visage fermé, entouré de plusieurs élus locaux et de Diane Losfelt, copropriétaire et vigneronne sur le prestigieux domaine de l’Engarran. Cette dernière vient de « mettre les choses à plat, clairement, face à nos élus, » comme le reconnaît à mots couverts, un proche de la viticultrice.

« Il n’y aura aucun fruit à noyau cette année, dans l’Hérault. »

Quelques instants plutôt, c’est le charismatique Secrétaire général de la FNSEA et Président de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, Jérôme Despey, qui avait fait part d’une situation globalement très sombre. « Il n’y aura aucun fruit à noyau cette année dans l’Hérault. Les producteurs n’ont jamais vu ça. C’est un énorme coup subi par les professionnels, » entame le président Despey avant d’ajouter qu’il réclame, au nom de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault, « un accompagnement complet et suivi avec France Agri Mer, beaucoup moins de retard dans le traitement des dossiers pour les aides en tous genres. En plus, avec France Agri Mer, il faut que dès aujourd’hui, tous les dossiers envoyés soient pris en compte et en charge. Aucun ne doit rester sur le bord de la route. »

[VIDEO] Interview de Boris Calmette, président de la Cave Coopérative des Terroirs de la Voie Domitienne, President Coop de France Occitanie, Vice-président Coop de France, Président Vignerons Coopérateurs :

Présente aux côtés du Sénateur Hussein Bourgi et de son collègue Député, Jean-François Eliaou notamment, Patricia Mirallès dit les choses avec sincérité. La Députée de la première circonscription de l’Hérault rappelle que « depuis plus de trois ans, les vignerons dans le sud de la France mais surtout ici ne sont pas épargnés, entre la Covid, la sécheresse et maintenant ce coup de gel. Aujourd’hui, les viticulteurs héraultais ont le coeur brisé. »

Le cœur brisé, certes, mais déjà prêts à se battre pour redorer le blason de la viticulture, « les viticulteurs que nous sommes et dont je suis, veulent aujourd’hui des réponses et des réponses précises, » insiste Diane Losfelt, patronne du domaine de l’Engarran.

Attentif depuis le début de la matinée, c’est devant l’une des bâtisses du domaine de l’Engarran que Jacques Witkoswki répond, sans se départir de son calme, aux propos entendus toute la matinée. « On est là pour se dire les choses, et je vais les dire de mon point de vue. Dans l’Hérault, les vignerons ont pris un coup de massue comme jamais on n’en a connu, et personne ne pouvait le prévoir, » entame le représentant de l’Hérault dans le département, avant de poursuivre qu’il est « impératif de tout remettre à plat, dans le calme, efficacement, mais on ne fera pas la révolution dans les prochains jours. »

« De l’émotion, à l’action »

Conscient de l’impact émotionnel extrêmement puissant qu’a eu ce coup de gel sur toute une profession, Jacques Witkowski veut avancer. « Il faut que l’on passe de l’émotion, à l’action, et à trouver des solutions tous ensemble. On va y travailler avec les élus concernés, la Chambre d’Agriculture, le Département, la Région, et mes services à la Préfecture dès ces prochaines heures. On aura plusieurs réunions pour trouver les solutions les plus efficaces qui soient. »

Un peu avant la fin du propos du Préfet, c’est Jérôme Despey, patron de la Chambre d’Agriculture de l’Hérault et Secrétaire général de la Fédération National des Syndicats Exploitants Agricoles (FNSEA) qui doit s’éclipser. Et pour cause, il doit participer à une réunion interprofessionnelle nationale (en visio, Covid oblige) avec plusieurs personnalités, et notamment le jeune ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, pour réfléchir aux premières solutions à trouver dès les prochains jours. « La vigne est une importante sève économique pour un territoire comme l’Hérault. J’ai bien conscience qu’avec ce qui s’est passé, c’est tout le tissu agricole qui est en danger, et on va travailler pour l’aider à se relever dans les meilleures conditions, » conclut ainsi le Préfet, après une matinée entière consacrée à entendre les souffrances de vignerons dont certains ne cachent plus qu’ils sont au bout du bout, du rouleau.

[VIDEO] Interview de Nicolas Démoulin député de l’Hérault :

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Coopérations territoriales, pour Carole Delga, « à Montpellier, il existe une culture de l’innovation et de l’audace »

Malgré le mauvais temps, les deux figures de la gauche socialiste étaient tout sourire, ce lundi après-midi pour présenter les contours de leur bonne entente. « Nous sommes amis », précise presque...

Covid-19 : Sur la vaccination, Nîmes passe à la vitesse supérieure

Moins de 48 heures après la fermeture du premier site de vaccination aux Costières, Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes et Dolorès Orlay-Moureau, adjointe à la Santé à la municipalité, inauguraient...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.