© CDS
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDEO] L’heure est très grave. Touchés par un phénomène historique de gel sur plusieurs dizaines d’hectares de terre, les producteurs fruitiers sont au bout du rouleau, démoralisés, dépités.

La longue visite sur le terrain, de la Préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon, était très attendue par les agriculteurs. À défaut d’annonce chiffrée, la représentante de l’État dans le département les a assurés de son soutien et qu’elle suivra le dossier « personnellement en lien direct et quotidien, avec le Ministère de l’Agriculture à Paris« .

De bon matin, le ciel gris menaçant qui était bien présent sur la petite Camargue et les territoires ruraux du Gard n’augurait rien de bon. Pire, celui-ci se retrouvait dans les mots des producteurs locaux amenés à rencontrer la Préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon. « Vous savez, une telle situation, de paroles d’aînés, tous paysans, on n’a jamais connu pareille situation. Moi, chez moi, j’ai des fusils car dans la famille, on est chasseurs. On vit de la terre. Là, j’ai caché dans une malle toutes les armes, j’ai planqué les clés et j’ai changé le code de l’armoire où les fusils étaient, sinon, dans mes proches…… » Sous couvert d’anonymat, un des agriculteurs a les larmes aux yeux quand il confie cette situation dramatique face à Marie-Françoise Lecaillon, le visage fermé.

« En quelques heures, j’ai quasiment tout perdu. Cela se compte en hectares. On peut regarder arbre par arbre, c’est du jamais vu », confie un autre, le moral en berne. « Malgré cela, il faudra continuer à bosser, à travailler, à passer dans nos vergers. On sait qu’on ne va rien récolter, mais on ne peut pas tout laisser à l’abandon. On sait qu’on a une année 0. C’est une catastrophe », complète un autre qui gère des vergers, mais aussi des vignes et qui a « perdu à minima 70, 80, 85% de la production » dans les deux cas.

Confrontée à un tel désarroi, la Préfète reconnaît que la situation est particulièrement grave. « Vous savez bien qu’avant de faire toute annonce, avant de vous fournir des aides, des chiffres, des exonérations, etc., il me faut faire un état des lieux. Et je suis là pour ça ce matin. Je sais que la situation est aussi dramatique qu’inédite et il faut voir comment vous aider« , argumente la Préfète.

« La situation est dramatique. On est confronté à des exploitants qui ont quasiment tout perdu. Alors, la visite de la Préfète est très importante« , explique, de son côté Ludivine Verlaguet, dynamique et jeune Présidente des Jeunes Agriculteurs du Gard. « On sait qu’au niveau national, des rencontres ont déjà eu lieu pour travailler sur des aides concrètes pour aider les agriculteurs, les arboriculteurs, les producteurs de fruits et légumes. On a un ministère qui est très à l’écoute et conscient de la gravité de la situation », ajoute la jeune femme, parfaitement consciente d’avoir des collègues qui sont à bout moralement et psychologiquement.

Quel avenir pour les producteurs gardois ?

Très vite, les agriculteurs présents autour de la Préfète alertent sur l’avenir même de la profession. L’un d’eux explique qu’il « n’a jamais vu ça depuis 20 ans qu’il est dans le métier« , devant le regard inquiet de plusieurs de ses collègues. Tous observent les faits et gestes ainsi que les propos de la Préfète. « Nous tous, ici (près de Bernis, NDLR), comme dans les villages alentour, on sait qu’on a énormément perdu à cause du gel. On sait qu’on recommencera l’an prochain. Mais l’inquiétude, c’est aussi et surtout pour nos jeunes. Pour ceux qui débutent dans le métier, eux, la situation est encore plus critique », explique un autre propriétaire d’un verger sur la commune du Cailar.

Avant de songer aux années à venir, il faut trouver des solutions concrètes pour aider la profession à se relever. « De simples exonérations ne suffiront pas« , affirme un agriculteur gardois juste avant que la Préfète ne prenne la parole. « J’étais ici pour faire un état des lieux. J’ai entendu vos problèmes. J’ai bien conscience de la situation qui est la vôtre. Maintenant, on va travailler sur le régime de calamités agricoles et on va être amenés à se revoir dès les prochains jours et autant de fois que ce sera nécessaire« .  Une réunion est d’ores et déjà prévue pour ce lundi midi à Nîmes. « Toutes les parties au dossier comme la chambre d’agriculture, la Préfecture, les syndicats, les représentants y participeront tous, ça s’est acquis », confie Ludivine Verlaguet avant de conclure qu’elle est « en contact avec des collègues d’autres départements et aussi avec le national (les responsables nationaux des Jeunes Agriculteurs, NDLR). Une pareille situation, c’est clairement du jamais vu et ça ne concerne pas que le Gard, c’est un problème national ! »

L’épisode de gel dans le Gard a marqué autant les tes terres que les esprits. Une autre mauvaise nouvelle s’est pourtant très vite répandue entre les divers élus présents ce matin, la Préfète du Gard et les agriculteurs de la petite Camargue : un autre épisode de froid et de gel est d’ores et déjà annoncé entre le 12 et le 15 avril par Météo France. Au vu du moral des propriétaires terriens locaux présents ce matin, ils n’avaient clairement pas besoin de ça…

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Juvignac : Découvrez « Local Brass Quintet », mercredi 28 juillet

Pour sa soirée événement à Juvignac, le Festival Radio France Occitanie invite à découvrir Local Brass Quintet et son répertoire entre Debussy et Gershwin. Le rendez-vous est donné dans les...

Nîmes : La Ville lance sa première collection de podcasts

Une première collection de podcasts à écouter gratuitement, sur les grandes plateformes de streaming. Ces podcasts ont pour objectif de mettre en valeur les initiatives et les acteurs locaux. Au...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.