© Gilets Jaunes de Gignac
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Monsieur le maire,

Pour fêter les 150 ans de la Commune de Paris, et à l’instar de nombreuses actions de commémorations partout en France, le groupe des gilets jaunes de  Gignac avait organisé ce jeudi 18 mars à midi un pique-nique partagé et solidaire, animé par  une chorale, entre le parking public et le rond-point Intermarché. Une trentaine de personnes  participaient à cette initiative conviviale, dans le respect des règles sanitaires (port du masque,  distanciation, groupes limités à six personnes …) et en accord avec les dernières  recommandations (privilégier les activités en plein air).

En fin de matinée, plusieurs véhicules de gendarmerie et de la police municipale étaient déjà sur place. Les gendarmes, certains en tenue militaire, ont relevé les identités en vue de  verbalisations pour « regroupement de plus de 6 personnes ». Vous noterez l’absurdité de  cette mesure arbitraire qui semble nous viser particulièrement, d’autant que la veille, un  concert public place de la Comédie à Montpellier avait regroupé 2000 personnes. Nos  tentatives de dialogue pour faire valoir plus de discernement et le respect de nos libertés  fondamentales sont restées sans effet. Bien au contraire : ils sont revenus trois fois à la charge  avec une autre équipe en renfort pour un nouveau contrôle d’identité, prétextant qu’ils  n’avaient pas été mis au courant par leurs collègues.

En plus d’être discriminatoire, ce harcèlement sous couvert d’état d’urgence sanitaire met  gravement en cause le droit d’expression et de circulation sur l’espace public de la commune.  Il fait écho à plusieurs témoignages de vos administrés qui se plaignent depuis plusieurs  semaines d’une omniprésence ostentatoire des forces de l’ordre. Des touristes et visiteurs se  sont également émus d’un tel déploiement policier au sein-même du marché. Ni vous ni nous  ne pouvons prévoir jusqu’où peut aller cette escalade. Cependant il est en votre pouvoir et de  votre responsabilité d’y mettre fin. Il en va des libertés démocratiques. Car si cette surenchère  répressive s’acharne particulièrement contre le mouvement des gilets jaunes, elle vise au-delà  l’ensemble de vos administrés (par décrets, le gouvernement a étendu à toute la population  le fichage des opinions politiques, convictions religieuses et autres informations d’ordre  personnel).

Cette situation, porteuse de drames, motive le présent courrier. Parce qu’elle nous parait  particulièrement grave, nous avons décidé d’en faire part publiquement à nos concitoyens.

Veuillez recevoir, Monsieur le maire, l’expression de notre détermination à agir pour que  Gignac redevienne un « village où il fait bon vivre ».

Les Gilets Jaunes de Gignac et alentours

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète : Végétalisation participative, demandez le guide !

Végétalisation participative : un guide pour accompagner les habitants. Ça se passe à Sète. Débroussailler, nettoyer, planter, ce ne sont pas les seules missions du service Jardins et paysage de...

Variant Omicron : 13 cas suspects en France

13 cas suspects de contamination au variant Omicron de la COVID-19 ont été détectés en France. Selon Gabriel Attal en conférence de presse ce mercredi : « il y a actuellement...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS
Liza Papel & Camen Bruère #LPCB
ANNONCES LÉGALES