Mairie de Sète
La mairie de Sète en juin 2020 (© JPV)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le journal télévisé de France 2, hier, a dû douloureusement résonner aux oreilles de la majorité. Dans le palmarès des villes françaises les plus chères en impôts pour le contribuable, Sète est  classée 5ème.

Beau palmarès pour les sétois ! 

Sète est devenue la ville d’Occitanie dont l’impôt moyen par ménage est le double de la  moyenne des communes identiques selon la Chambre Régionale de la Cour des Comptes (CRCC)  Rien d’étonnant à cela !

C’est le résultat d’une politique continue de transformation de la ville en station balnéaire,  touristique et de villégiature. Sète a perdu globalement 1500 habitants en 10 ans. Les sétois les plus  jeunes, les familles avec peu de revenus, sont obligés de partir. Car les logements construits  comme des champignons sont destinés à des ménages aisés. Ce qui amène une transformation  de la ville… favorable au maire (un comble).

Nous n’avons pas ouvert une classe depuis 20 ans ni construit une école ! Nous accueillons une  nouvelle population, mais pas de forces vives permettant de dynamiser la ville. Et le maire continue  de laisser les promoteurs construire des logements quasi fantômes, chers à l’accessibilité, voués  essentiellement à de l’investissement touristique ou spéculatif.

Malgré l’augmentation des impôts entre 2001 et 2017, la CRCC a rappelé que les dépenses  d’équipements de la ville ont diminué de 3,1 % par an. Ils sont inférieurs aux villes de même strate,  soit 633€ en 2019 par habitant à Sète contre 1100€.

Le budget des investissements n’est réalisé qu’à hauteur de 63 % des prévisions, pas de quoi  pérorer ! La friche réaménagée vue sur France 2 est belle, mais les voiries communales ? Les  réseaux d’assainissement ? Les travaux dans les écoles ? Les travaux d’accessibilité pour les  personnes à mobilité réduite (renvoyés de budget en budget aux calendes grecques…) ? La  rénovation des quartiers anciens ? Les pistes cyclables en centre-ville ?

Sète tient le haut du pavé avec un ratio impôts perçus/investissements catastrophique. Que va-t-il se passer en termes de fiscalité locale lors des prochains exercices au regard des conséquences  de la crise sanitaire sur les finances communales? Sachant que les réformes gouvernementales ont  placé les communes sous tutelle. Quel produit compensatoire est attendu pour 2020 pour la Taxe  d’Habitation ?

L’Adjoint aux finances nous a expliqué que ce taux était normal, car il couvrirait le « rééquilibrage  total des finances de la ville qui étaient dans un état catastrophique ».

Le maire a envoyé son nouvel adjoint parler probablement de 2014, quand la ville était au bord  de la faillite et de la mise sous tutelle par la Chambre de la Cour des Comptes. Nous l’avons évité  grâce à un massif et continu transfert des charges et du personnel vers l’agglo et par une  augmentation continue des impôts de 2001 à 2017.

Quant à certaines dépenses… Rappelons les premières mesures du nouveau mandat pour la  majorité :

  • voter au maire 27 délégations (ce qui lui permet de gérer seul certaines dépenses)
  • voter une augmentation très substantielle de ses frais de bouche (20.000 € au total mairie  +agglo, qui s’ajoutent à sa rémunération)
  • et que l’argent déboursé indûment pour certains salaires, malgré les alertes du préfet, n’a  toujours pas été récupéré.

Malgré une politique de communication trompeuse, les chiffres parlent et la réalité nous saute aux  yeux. Elle pique !

Elus du groupe Ensemble pour Sète

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Port-la-Nouvelle Antoine Maurice, Éric Piolle, Justine Torrecilla, Albert Cormary (©CDS)

[VIDEO] Aude : « Un projet comme celui de Port-la-Nouvelle est d’un autre temps ! » selon Antoine Maurice

Tout avait été bien calibré, prévu, sauf la météo franchement automnale, dommage pour une mi-avril. Pour le reste, Antoine Maurice, candidat des écologistes et des régionalistes aux élections Régionales de...

Montpellier, Antoine Maurice et Éric Piolle - avril 2021 (©JPV)

[VIDEO] Occitanie Régionales 2021, Antoine Maurice : « l’écologie, c’est la matrice de l’ensemble des politiques publiques »

Samedi 10 avril, Antoine Maurice et Éric Piolle étaient à Montpellier pour travailler entre autres, sur la thématique des quartiers populaires. Le candidat pour les Régionales 2021 en Occitanie, et...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES