Intérieur d’un logement et WC extérieur sur palier en rdc (© Collectif de soutien aux locataires)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Monsieur le Maire [de Sète],

L’immeuble, situé au 8 rue de Tunis a fait l’objet de plusieurs visites de vos services (sécurité et hygiène, OPAH) ainsi que de ceux de l’ARS en raison des désordres importants constatés au niveau de la structure du bâtiment et de l’insalubrité de plusieurs logements. Vous trouverez en pièces jointes quelques images qui montrent l’état de délabrement avancé du bâtiment et de l’insalubrité des logements.

Cette situation, qui perdure depuis plusieurs mois, menace la sécurité et la santé des occupants de l’immeuble. Elle fait courir un danger grave et imminent aux occupants mais aussi au public.

Alertés par les habitants du quartier de cette situation indigne que vivent les occupants et notamment des personnes âgées retraitées depuis plusieurs mois, un collectif de soutien a été créé pour aider et accompagner les occupants dans leurs démarches afin de recouvrer leurs droits à un logement décent.

Malgré toutes les démarches entreprises tant auprès de vos adjoints que des différents services intervenants dans la résorption de l’habitat indigne et dégradé (OPAH, Maison de l’Habitat, Office HLM), la situation n’a pas évolué et les occupants vivent toujours dans l’insalubrité et avec le risque imminent d’effondrement de l’immeuble.

Comme vous le savez, suite à la réunion début décembre des différents acteurs concernés (OPAH, PRQAD, ARS, CAF, …) un projet d’arrêté d’insalubrité de l’immeuble est en cours d’élaboration, mais il tarde à être promulgué.

Aussi en raison du risque de péril imminent et de l’insalubrité, nous vous demandons, en tant que premier magistrat de la ville et vu les pouvoirs de police qui vous sont conférés par la loi, de mettre en place d’urgence une procédure de péril afin de mettre hors de danger les occupants et de les reloger rapidement comme le prévoit la loi. Sète ne doit pas connaître « une rue de Tunis » comme Marseille a connu une « rue d’Aubagne »

Comme le préconise la réglementation, nous avons rempli notre devoir d’alerte. Vu la situation du 8 rue de Tunis, nous espérons que vous aurez à cœur d’y répondre en urgence.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre sentiment respectueux.

Le Collectif de soutien aux locataires du 8 rue de Tunis 

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Sète agglopôle : 100 vélos électrique disponibles à la location

Sète agglopôle méditerranée et Keolis Bassin de Thau ont décidé de mettre en place un service de location de vélos longue durée : « Le Vélo SAM ». En pratique,...

Marche climat 9 mai 2021 Montpellier ©LMI

Marche pour le climat : La liberté d’entreprendre doit être soumise au respect de la planète

Dans tous les esprits, une évidence devrait s’imposer : la liberté d’entreprendre doit être soumise au respect de la planète. Des milliers de personnes ont marché pour le climat dans...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.