À Montpellier, l’accord scellé par les listes menées par A. Doulain de « Nous Sommes », C. Ollier et R. Gaillard avec M. Altrad vous « consterne ».

En effet, par un communiqué de presse global concernant toute la France, LFI a précisé avoir « appris avec consternation le choix fait par certains membres de la liste Nous Sommes de rallier le candidat milliardaire Mohed Altrad. Elle ne peut cautionner une fusion avec un candidat soutien de la politique du gouvernement, ayant cherché à obtenir l’investiture LREM. En conséquence la France insoumise n’est pas engagée dans le second tour des élections municipales à Montpellier. Elle ne donne aucune consigne de vote. » La consternation est « une stupéfaction, un accablement causé par un événement malheureux ». Cette déclaration laisse entendre que la direction nationale de LFI serait la spectatrice d’une situation dans laquelle elle n’aurait joué aucun rôle et dont elle ignorerait les ressorts.

Pourtant, vous avez apporté l’appui LFI à la liste « Nous Sommes » et organisé un meeting de soutien lors du 1er tour. Vous vous êtes engagé.es contre la volonté de la majorité des Insoumis.es sur Montpellier. Pourtant, vous savez que les membres de « Nous Sommes » ont majoritairement approuvé cette fusion de second tour : ce ne sont pas « certains membres ». Tous restent membres de ce parti. Il s’agit bien d’une démarche collective, comme le montre la présence de leur logo sur la profession de foi et le bulletin de vote de la liste Altrad.

Vous semblez renvoyer dos à dos « Nous Sommes » et la démarche « Confluence ».

Pourtant, vous savez que C. Ollier a été désavouée sans ambiguïté par 48 de ses co-listier.es et qu’il s’agit ici d’une démarche solitaire. Pourtant, vous savez que la démarche unitaire de « Confluence » regroupait 80% des Insoumis.es de Montpellier et des citoyen.nes, avec le soutien d’Ensemble ! 34 et du PG de Montpellier. Vous savez aussi qu’une démarche unitaire n’est pas une « union de la gauche » ancienne mouture.

Par conséquent, en ne donnant aucune consigne de vote pour le second tour, vous placez sur le même plan le maire sortant, macroniste et bétonneur de la ville, P. Saurel, le patron d’une multinationale du BTP, M. Altrad, et la liste de M. Delafosse qui regroupe PS, PCF , EE-LV… L’alliance de M. Altrad ressemble à s’y méprendre à l’esquisse d’un mouvement de type 5 étoiles. Ces trois listes ne sont pas à égalité. Ne pas appeler à battre les deux listes de droite est irresponsable et risque d’être lourd de conséquences politiques. 

Il est temps de faire un bilan de l’orientation qui a déchiré la France Insoumise sur Montpellier et l’a décrédibilisée dans le pays.

Pourquoi ne condamnez-vous pas clairement le ralliement de R. Slimane à M. Altrad, en 17ème position sur cette liste ? R. Slimane fut artisan de cette fusion, candidat LFI aux élections européennes, membre du comité électoral de LFI et vous l’avez laissé démissionner. Vous devez en tirer toutes les conséquences.

Approuvez-vous que N. Oziol et J. Colet continuent de parler au nom de la France Insoumise de Montpellier alors qu’ils ne représentent plus qu’eux-mêmes ? Dans une Interview au Midi Libre publiée le 8 juin, ils affirment ne rien regretter de l’expérience « Nous Sommes » et disent que « Ce qu’a réalisé Nous Sommes, en seulement deux ans, est prometteur pour la suite ». Cette analyse conduit à considérer que « Nous Sommes » reste la Fédération populaire dans laquelle les Insoumis de Montpellier doivent s’investir. Cela nous semble politiquement inacceptable.

Dans la même interview, ils déclarent : « Saurel représente le passé, Mohed Altrad le capitalisme et Michaël Delafosse un retour vers le passé et le capitalisme », affirmant ainsi que Delafosse, c’est pire que Saurel et Altrad. Une telle dérive politique est très dangereuse. 

Nous vous demandons donc une réaction claire, tranchant les problèmes concrets qui se posent à nous toutes et tous, conformément aux principes et valeurs que nous défendons en commun. Nous sommes évidemment disponibles pour une rencontre dès que possible sur la situation politique à Montpellier et dans l’Hérault et sur notre avenir en commun.

Ensemble!34 et le Parti de Gauche de Montpellier