Quai de la République à Sète (© Illustration)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

« Candice Renoir », « Demain nous appartient », un film par ci, un autre là ; Sète est devenue une ville décor  ! La petite ville portuaire, patrie de Brassens, Villard, Valery, où il ferait bon vivre et passer un week-end  tranquille à moins de 4h de Paris en TGV. Le message est clair : Sète est à vendre !

Mais en coulisses, la réalité de la ville est tout autre :  

  • Un taux de pauvreté de 25% ;
  • Un taux de chômage de 22%, qui touche près de la moitié des jeunes ;
  • Augmentation de 9% des loyers en 5 ans, flambée de l’immobilier avec augmentation de 30% des  prix des maisons et une augmentation de 8% du nombre de résidences secondaires ;
  • Plus de 2.500 logements vacants, alors que 1.500 personnes sont dans l’attente de l’attribution d’un  logement social.

Et derrière ces chiffres, ce sont des galères individuelles et quotidiennes. 

Celles et ceux menacés d’expulsion, ceux à qui les propriétaires coupent l’eau. ceux passant en procès pour  occupation illégale d’un immeuble abandonné, des appartements insalubres, des rats, des cafards, des  immeubles menaçant de s’effondrer, des logements sociaux miteux, des relogements chaudement appuyés  dans des ghettos créés de toute pièce. Plus moyen de se loger dans le privé, parc hlm saturé, nous sommes  envoyés à Agde, Béziers, ou Lunel.

Le message est clair : les pauvres, circulez et laissez la place aux projets immobiliers menés par la  municipalité en accord avec les propriétaires fortunés.  

Ainsi en est-il du dernier programme municipal dénommé “COEUR DE VILLE” concernant les trois  derniers quartiers populaires du centre ville que sont le Quartier Haut, Révolution et Quatre Ponts. Opération  grande ampleur de rénovation et réhabilitation, les locataires sur le carreau. Il est clair que nous ne voulons  pas d’une rue d’Aubagne à Sète, mais ces rénovations se font sans nous. Objectif : rénover pour accueillir  touristes (bien vu le projet de marina) et locataires plus aisés.

Et la situation n’est pas près de s’arranger. La crise économique actuelle nous plonge dans une incertitude  quotidienne et de plus en plus de personnes rencontrent des difficultés à payer leur loyer et leurs charges  locatives. Ce n’est que le début de galères pour des milliers de personnes, qui vont se retrouver au chômage  ou basculer dans le dispositif RSA et qui risquent de ne plus pouvoir payer un loyer entraînant son lot  d’expulsions, de pressions diverses et variées. En effet, dans l’Hérault, en un an, le nombre de bénéficiaires du  RSA a augmenté de plus de 12% et c’est plus de 150.000 personnes inscrites à Pôle emploi.

Face à cette volonté d’exclusion des pauvres de la ville, nous avons créé un collectif sur le logement et la  précarité pour dénoncer et combattre ensemble cette politique. Ce collectif est né de la lutte pour le  relogement immédiat des locataires d’un immeuble insalubre rue de Tunis. Depuis, nous ne cessons  d’entendre des récits de galères de tous les cotés. Le problème est réel et grave; nous devons nous en  emparer. Nous ne pouvons plus continuer à vivre cette mutation sociale dans l’indifférence et assister, sans  réagir, à la transformation de l’âme de notre cité.

RETROUVONS-NOUS  

Samedi 19 décembre de 15h à 18h sur la place du kiosque de Sète

Ne taisons plus nos difficultés et notre dégout de ce qui se passe.  

Pour que Sète reste une cité portuaire populaire.

ET VOGUE LA GALÈRE DU LOGEMENT A SETE !

Ramenez vos plus belles photos de l’insalubrité de votre  appartement, immeuble, votre témoignage écrit ou verbal, vos  cartons, votre voix, vos galères de logement.  

Qu’ils ne puissent plus dire qu’ils ne savaient pas !

Collectif logement Sète

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE
Pierre Soujol, émission Le Rendez-Vous ©JPV

Le Rendez-Vous avec Pierre Soujol : « Il faut construire ensemble un projet de territoire »

[VIDÉO] Un entretien sans filtre avec Pierre Soujol, Maire de Lunel et Président de la Communauté de communes du Pays de Lunel (CCPL). Une analyse de sa campagne victorieuse des...

Montpellier : Top départ pour le Bonheur à Vélo !

Cette semaine, la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) et la vélo-école associative le Bonheur à Vélo organisent une première session de formation au brevet d’Initiateur Mobilité à Vélo...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS

Soutenez Le Mouvement

Montpellier manif 3juin2020

Faire sens, bousculer les repères, et ouvrir des perspectives : tel est le contrat que Le Mouvement, média, libre et indépendant, passe avec chacun de ses lecteurs.