5 décembre Montpellier #StopLoiSécuritéGlobale
5 décembre Montpellier #StopLoiSécuritéGlobale (© JP Vallespir)

Étonnantes postures, entre manifestations interdites et autorisées. Le collectif « Stop Loi Sécurité Globale » appelle à manifester le samedi 12 décembre, et dénonce « l’exception héraultaise ».

Ce samedi 5 décembre a débuté par un rassemblement à 11h00 sur le parvis de la mairie de Montpellier. Un rendez-vous donné rapidement la veille vers 22h00, et « signé par des citoyens, des syndicalistes, des GJ, des jeunes réunis en urgence suite à la décision du préfet d’interdire les manifestations de ce samedi 5 décembre dans l’hypercentre » selon les mots du communiqué. Le tout se réclamant de « La marche des libertés appelée par le collectif national. » Un cortège a ensuite pris la direction de la gare Saint-Roch, pour s’achever sur la place Saint-Denis.

VOIR AUSSI, Interview : Serge Ragazzacci dénonce le « choix grave » du préfet de l’Hérault

Vendredi : un cri d’alarme ! En conférence de presse André Deljarry président de la CCI aux côtés des associations de commerçants disait vouloir que le Préfet interdise les manifestations, en centre-ville.  Avec pour objectif : « apporter de la sérénité. »

Prière entendue ? Le fait est que Jacques Witkowski porte l’interdiction « de toute manifestation entre, 14h et 18 h, dans l’hyper centre-ville, l’Esplanade Charles-de-Gaulle et place de la Comédie. » Ce qui déclenchera un titre railleur de la part de la CGT dans son communiqué de presse : « DELJARRY interdit, le préfet WITKOWSKI obéit ! »

Certaines préfectures craignent des débordements violents dans les centres-villes : Bordeaux et Montpellier en font partie. En revanche, la mobilisation qui s’oppose à « l’interdiction de l’instruction à la maison » prévue à 14h, a bien eu lieu en présence de nombreux enfants, et avec un parcours validé par la préfecture : départ place des martyrs de la résistance, direction les jardins du Peyrou, et une arrivée devant le tribunal.

Surveillance de masse, et appel à manifester le 12 décembre

Autre traitement, le collectif « Stop Loi Sécurité Globale », c’est à dire 60 organisations citoyennes, syndicales ou politiques se sont vu interdire leur mobilisation statique. Une mobilisation sur l’Esplanade, et la place de la Comédie qui devait informer le plus grand nombre, à travers différents happenings, distributions de tracts et actions pédagogiques sur les dérives de cette loi, et notamment sur ses outils de surveillance de masse.

Une mobilisation qui s’est transformée en « conférence de presse » de 42 minutes avec un drone géant, les portraits des 388 députés qui ont voté pour la Loi Sécurité Globale en première lecture le 20 novembre, et la présence de plusieurs centaines de personnes. Les prises de parole avaient comme point d’orgue : le « retrait de cette loi liberticide » et un « appel à manifester le 12 décembre » prochain.

#StopLoiSécuritéGlobale

[VIDEO] Intervention de Jean-Jacques Gandini, avocat et membre de la LDH :

« L’exception héraultaise »

« L’exception héraultaise » sera mise en exergue par Maryse Pechevis dans son intervention : « à Montpellier, le représentant de l’État [le préfet NDLR] est entré en contradiction avec la parole présidentielle, préférant celle d’André Deljarry le président de la CCI. » Une décision qui ne passe pas, pour le collectif « Stop Loi Sécurité Globale. » Rendez-vous est donné pour le samedi 12 décembre.

[VIDEO] Intervention de Maryse Pechevis, avocate en droit pénal : 

 

Partager l'article :

À LA UNE
Le Mouvement 2018-2021

[VIDEO] « Né pour être sincère, mort pour rester sincère… »

Le Mouvement, 2018 – 2021 « Né pour être sincère, mort pour rester sincère… »

Frontignan : découvrez les premiers évènements de la 25e édition du Festival International du Roman Noir

Les premiers évènements de la 25e édition du Festival International du Roman Noir / FIRN débuteront en janvier prochain. En 2022, le Festival International du Roman Noir / FIRN  fêtera...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSION
LES PLUS LUS