© Illustration

[Communiqué de presse] DELJARRY interdit, le préfet WITKOWSKI obéit ! La CGT vient d’apprendre par la presse que le préfet de l’Hérault vient d’interdire  toutes les manifestations prévues ce samedi à Montpellier. C’est une première, un  précédent dramatique et inacceptable pour la liberté de manifester, de défendre ses  idées, et de contester les choix du gouvernement.  

La crise sanitaire que nous connaissons depuis des mois aurait dû amener le président de la République et sa majorité à faire une pause dans les mesures qui cristallisent les oppositions dans le pays. C’est tout le contraire qui se produit avec des  propositions de loi, et des décisions à marche forcée qui heurtent révoltent et justifient  les mouvements sociaux. 

La CGT s’était engagée à participer ce samedi à un rassemblement statique.  Celui-ci a été décidé avec des dizaines d’associations et avait pour but d’organiser des débats sur la place de la comédie, des distributions de tracts pour expliquer notre  opposition à la loi de sécurité globale, initiative pacifique d’éducation populaire. 

Nous n’avons jamais appelé à manifester le 5 décembre à Montpellier. Hier  encore contactés par la préfecture, nous avons confirmé notre position, et celle du  collectif avec lequel nous travaillons. 

La préfecture par sa décision vient de prendre le risque de débordements et devra en porter l’entière responsabilité. 

Pour notre part, nous appelons nos syndicats à informer et débattre avec les  salarié-es dans les entreprises de cette entrave inacceptable aux libertés. 

Dans la perspective d’une manifestation le 12 décembre, nous les appelons à  débattre d’appels à la grève, et à participer aux rassemblements prévus ce samedi à  Béziers et Sète. 

CGT – Montpellier, le 4 décembre 2020 

Partager l'article :