Un budget newlook et le retour de la Consigne au programme du prochain Conseil de Métropole (© CDS)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

[VIDEO] « Votre temps, à vous les journalistes, est exactement comme le mien : précieux. C’est pour cela que je fais assez peu de conférences de presse, sauf aujourd’hui. Là on a évoqué de nombreux sujets, mais désormais, je me dois de vous laisser.« 

C’est par ces mots que Michaël Delafosse, Président de Montpellier Méditerranée Métropole a conclu, le vendredi 26 mars, les 100 minutes du point presse, presqu’exclusivement consacré à la présentation du Conseil communautaire de ce lundi 29 mars qui sera, comme les précédents, en distanciel, Covid oblige.

Entouré de Julie Frêche (Vice Présidente aux Mobilités), Renaud Calvat (en charge des Finances et Maire de Jacou) et de François Vasquez (chargé de la collecte et du tri des déchets à la Métropole.), Michaël Delafosse sait où il va, et sait ce qu’il ne veut surtout pas : perdre du temps.

Il est 14h30 précises quand il pénètre, avec une partie de son staff, au sein de la salle du Conseil de Métropole. Les journalistes sont déjà là, assis et impatients. Tous sont à bonne distance les uns des autres. L’homme fort de la Métropole s’installe, entouré de ses trois vice-présidents. Les présentations des points clés du prochain conseil peuvent démarrer.

« Moi, je ne suis pas là pour commenter, ni pour alimenter des polémiques sur tel ou tel sujet. Non ! Je suis là pour agir. J’ai été élu pour réaliser certains projets. Je ne suis pas là pour parler. Depuis 8 mois, nous sommes au travail, pas dans les commentaires ni les polémiques stériles » lâche l’enseignant avec fermeté, alors que fleurissent depuis 15 mois des polémiques sur la situation sanitaire, en France comme en Occitanie.

Le premier vrai budget du mandat.

Après un propos liminaire du Président de la Métropole, le Monsieur Finances de la collectivité prend la parole. Il est dans la droite ligne de son patron et trace le sillon (économique) du territoire pour 2021 comme pour les années à venir.

« Nous héritons des merdes… pardon des choix inopportuns faits lors des mandats précédents. Alors, je sais que Renaud Calvat s’arrache les cheveux pour tenir le budget. Je lui laisse vous le présenter ». En guise d’introduction, Michaël Delafosse sait comme peu de gens, résumer une situation, avec des mots crus.

Il en faut bien plus pour déstabiliser le Monsieur Finances de la collectivité. « Nous présenterons ce lundi un budget inédit, autant dans le fond que dans la forme. On veut que chaque citoyen, chacun de nos voisins dans les quartiers où nous vivons chacun d’entre nous, sache précisément à quoi sert chaque euro dépensé. Alors, lundi matin, aidés par certains vice-présidents, je présenterai le budget 2021, mais ce sera de façon analytique. C’est à dire thème par thème, domaine d’actions par domaine d’actions », annonce Renaud Calvat, qui poursuit « dans une période complexe comme celle que l’on vit, avec la Covid, la crise économique etc… on se doit d’agir dans la plus grande transparence. Donc, c’est fini les interminables présentations globales. On fera tout dans la transparence dans chaque thème présenté« . Pour la forme, tout change. C’est annoncé et assumé.

« Comme l’a dit avec ses mots le Président Delafosse, ce budget intègre les décisions passées, sous la précédente mandature« , entame le vice-président Renaud Calvat. Ensuite, l’élu local se lance dans une explication minutieuse, chiffres à l’appui. Des chiffres, il en a plein en tête. Il en cite certains, mais pas tous. « Je ne veux pas assommer la presse de trop de chiffres. Je me tiens à disposition dès ce soir pour répondre aux questions des journalistes« , argue-t-il, pour justifier son propos.

« Nous avons prévu 448 millions d’euros d’investissements. C’est un chiffre en hausse de 36% par rapport au budget 2019″, détaille le Monsieur Finances. Quid du budget 2020 ? « C’est un budget un peu particulier, entre deux mandats politiques, en pleine crise financière et surtout sanitaire », résume Michaël Delafosse.  Davantage offensif, Renaud Calvat rentre dans les détails. « Depuis 7 à 8 mois, on analyse, on cherche à améliorer la situation. On travaille. On ne polémique pas », explique posément l’actuel maire de Jacou. Même s’il martèle, à l’image de son patron, qu’il n’est pas dans « la polémique inutile, » l’envie le rattrape malgré tout quand il assène que « nous sommes dans l’exécution budgétaire. A mon arrivée, on a découvert que certaines choses étaient affirmées, annoncées. Mais que les choses exprimées n’étaient pas toujours concrétisées. Et donc, il restait des budgets. Et cela créé des décalages à l’infini« . Son prédécesseur aux finances sous Philippe Saurel appréciera la petite phrase.

« On parvient à augmenter certains budgets comme par exemple celui des mobilités« , affirme Renaud Calvat, sous le regard complice de la vice-présidente aux mobilités, Julie Frêche, présente elle aussi, à la tribune. Dans les faits, ce budget s’élèvera en 2021 à 151 millions d’euros, soit 19% du budget total de la Métropole. « On assume nos choix politiques forts, sur les déplacements, la mobilité comme sur la propreté et le tri des déchets. Et cela sera ainsi durant tout ce mandat« , conclut Renaud Calvat.

Un ambitieux Plan Verre lancé dès ce printemps !

Les champs d’actions cités par Renaud Calvat ne l’étaient pas au hasard. Bien au contraire. Les deux vice-présidents des dits domaines sont également présents à la tribune. C’est à cet instant précis que François Vasquez entre en action.

« On va changer les comportements des gens« , annonce d’emblée l’élu, proche de Coralie Mantion, dans l’équipe de Michaël Delafosse. Concrètement, toute la métropole semble concernée par le changement de braquet écolo voulu par le Président de la Métropole, et mis en pratique par l’ex-colistier Europe Ecologie Les Verts aux dernières municipales.

« Dès les prochaines semaines, on va lancer une grande campagne de communication et d’information. On va ajouter un peu partout dans la Métropole, des stickers et des panneaux informatifs pour sensibiliser les habitants de toute la métropole au tri du verre, en dehors de nos grandes bennes grises. On ne doit plus mettre le verre là dedans », précise le sympathisant vert.

Toujours prolixe dès lors qu’il s’agit de protéger la planète et promouvoir l’écologie, François Vasquez poursuit avec une explication inattendue. « On va relancer le système de la consigne et on va accélérer sur la réutilisation du verre. », lance le vice-Président. Pour appuyer son propos, l’élu prend l’exemple d’un site qu’il connait mieux que personne. « Le verre que nous jetons tous chaque semaine détériore gravement le fonctionnement du site de méthanisation qu’est Amétyst ».

[VIDEO] interview François Vasquez, vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole :

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

[VIDEO] Santé : Le 1er « Vaccidrive » de France contre la Covid ouvre près de Montpellier

Préfet, médias nationaux, maire de la commune sur laquelle est implantée la clinique Saint-Jean Sud de France… Tout le monde s’était donné rendez-vous en ce froid matin d’avril, sur le...

Jean Castex Assemblée Nationale 16 décembre 2020, la stratégie vaccinale

Les élections départementales et régionales auront lieu les 20 et 27 juin

C’est donc confirmé. Un décret en Conseil des ministres sera pris la semaine prochaine pour fixer les dates des élections régionales et départementales « aux 20 et 27 juin au lieu...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES