[Communiqué de presse] Lettre du maire de La Grande Motte, Stéphan Rossignol suite à l’attentat de Nice

La Grande Motte (Illustration)

« Moins de deux semaines après le dernier attentat, la France est à nouveau la cible d’une attaque terroriste.

Cette fois-ci, un individu, de toute évidence radicalisé, a tué trois personnes dans la ville de Nice, déjà lourdement endeuillée dans un passé récent. Ce crime, une nouvelle fois perpétré par un fanatique, au nom de l’islam intégriste, a eu lieu ce matin dans la basilique Notre-Dame. Les trois personnes qui ont perdu la vie sous les coups de l’assaillant ont été massacrées dans l’enceinte même de l’édifice religieux, une d’entre elles ayant été décapitée, comme en écho au crime de Samuel Paty survenu le 16 octobre dernier.

Les victimes, choisies au hasard, n’ont eu droit à aucune pitié, aucune forme d’humanité. Après ce professeur d’histoire-géographie tué car il enseignait la liberté d’expression, ce sont aujourd’hui trois personnes tuées car elles exerçaient leur liberté de croyance. Cela suffit.

Si mes pensées vont évidemment aux familles des victimes ainsi qu’à la communauté catholique une fois de plus éprouvée, et si je pense aussi à mon collègue maire Christian Estrosi, c’est la colère qui prédomine en cet instant face à une atrocité insoutenable ; nous ne pouvons continuer à rester sans rien faire face à ces attaques répétées contre notre pays, notre société, notre liberté. Nous ne pouvons nous contenter d’incantations, attaque après attaque, attentat après attentat, ni de nous désoler. Si nous devons impérativement faire corps face à l’adversité, nous devons également être certains de mettre tout en œuvre pour que les terroristes en puissance, soient identifiés partout sur notre territoire et empêchés de terroriser toute une Nation. Si au niveau local, les maires de France font un formidable travail de sécurité, en proximité et au quotidien, comme c’est le cas pour la police de Nice et celle de La Grande Motte, avec l’aide de la gendarmerie, il faut également que la réponse de l’Etat soit forte, ferme et immédiate. Au-delà, nous ne pouvons également faire l’économie d’une réflexion à l’échelle européenne sur la circulation des étrangers en situation irrégulière. La sécurité de La France et de nos concitoyens est à ce prix. »

Stéphan Rossignol,
Maire de La Grande Motte,
Président de l’agglomération du Pays de l’Or, Conseiller Régional.