Fermeture du Zoo des Trois Vallées : Les parcs zoologiques vont-ils disparaître ?

Zoo (CR Illustration)

Pendant que les visiteurs s’émerveillent sur eux, les animaux se demandent probablement pourquoi ils se font autant observer par ces primates bruyants aux poils épars. Il suffit de s’affranchir du divertissement et du plaisir visuel pour se rendre compte de leur lassitude et de leur mal-être. Qui aimerait vivre toute sa vie dans un espace clos ? Le confinement l’a bien prouvé…

VOIR AUSSI : Greenkit : le prochain e-shop écoresponsable ?

Suite à de nombreux signalements le Zoo des Trois Vallées de Montredon-Labessonnié (81), a du fermer ses portes. Ce n’est pas le premier, et, semblerait-il, certainement pas le dernier Zoo à offrir des mauvaises conditions de vie aux animaux sauvages.

« Cela fait des années qu’on suit ce zoo et qu’on montre les problèmes de sécurité et du bien-être animal », explique Alexandra Morette, présidente de l’Association Code-Animal. En effet, cet été, 20 signalements ont été recensés au Zoo des Trois Vallées, et ce, par le biais de diverses associations mobilisées pour cette cause.

Code Animal a monté un dossier d’une centaine de pages pour dénoncer les mauvaises conditions des animaux dans ce parc zoologique. Une plainte est également en cours de relecture avec leur avocate.

Tous ces signalements ont été transmis aux autorités. Grâce à cela, la Ministre de la Transition écologique, Madame Pompili, a annoncé la fermeture urgente du zoo par un arrêté préfectoral cet octobre 2020. De quoi donner du courage à ces associations qui luttent pour le bien-être des animaux !

Remise en question des parcs zoologiques 

Observer des animaux enfermés dans des espaces clos ne semble effectivement pas très éthique. l’Association continue ses actions pour la cause animale. Alexandra explique que d’autres zoos devraient aussi fermer leurs portes en France.

C’est le cas du Zoo de Fréjus dans lequel une éléphante vit seule depuis des années alors que les éléphants sont des êtres sociaux qui vivent en troupe. C’est également le cas du Zoo de l’Orangerie à Strasbourg, ou du Zoo de Nancy. Ces parcs animaliers sont toujours pointés du doigt pour les mêmes raisons : des conditions de vie non adaptées.

Certains parcs zoologiques se revendiquent engagés dans la préservation des espèces. À l’heure où la nature est en plein déclin, ne seraient-ils pas utiles ?

La présidence de l’association explique que ces « arguments ne sont pas fondés d’un point de vue scientifique. » En effet, les zoos représenteraient qu’1 à 5M du chiffre d’affaires sur les actions liées à la préservation des espèces.

Suite à une question demandant si les zoos étaient aussi mauvais que ça pour les animaux, Alexandra a répondu : « Oui, parce qu’on ne peut pas reproduire un milieu naturel ». Elle qualifie les zoos comme étant des entreprises commerciales, aux profits des structures d’accueil de trafic animalier.

Ce vaste sujet à débat devrait davantage être pointé du doigt quand on sait que les animaux sont aussi dotés de sentiments. Saviez-vous que les éléphants ressentaient de la tristesse en perdant l’un des leurs ou qu’un bébé orque séparé de sa mère peut souffrir de dépression ?