[VIDÉO] Montpellier a plus que jamais la Laïcité chevillée au corps

Montpellier a plus que jamais la Laïcité chevillée au corps (CR CDS)

[VIDÉO] Parfois, le ciel donne des signes. Ce mercredi 21 octobre au soir, le ciel était bas et gris sur Montpellier, des rafales de vent glaciales balayaient la place de la Comédie.

VOIR AUSSI : « Faire vivre la laïcité, pour vivre ensemble », Montpellier rend hommage à Samuel Paty, l’enseignant assassiné

L’ambiance était morne. Comme si les éléments collaient à l’émotion ambiante pour l’hommage à Samuel Paty, tenu en présence de Michaël Delafosse, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole ainsi que des artistes Barbara Derathé et GrandCorpsMalade.

Le pupitre transparent était là. Très vite, écharpe tricolore sur lui, Michaël Delafosse s’est présenté face à quelques centaines de Montpelliérains pour un « hommage fort à Samuel Paty, lâchement assassiné » en fin de semaine dernière à Conflans-Sainte-Honorine.

Entouré de plusieurs élus de son équipe dont Fanny Dombre Costes, 1re adjointe en charge de l’Éducation à la ville de Montpellier, Radia Tikouk et Sébastien Côte, l’édile de Montpellier s’est alors lancé dans un bref discours poignant, insistant sur le fait que l’éducation constitue « notamment une des pierres angulaires de la République, de notre République »

« Défendre au 21e siècle, la laïcité, c’est clairement défendre la tolérance entre les citoyens ainsi que préserver la liberté de culte de tous les Français », a notamment plaidé le Maire, dans un contexte qui lui tient visiblement à cœur vu que, comme l’enseignant francilien, Michael Delafosse est professeur d’Histoire Géographie en collège.

Se sont ensuite succédé plusieurs jeunes montpelliérains, collégiens eux aussi, qui ont lu à voix haute les articles 1er et 10 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789.

Timidement applaudis par le public présent, c’est Grand Corps Malade qui s’est avancé vers le pupitre. L’artiste, lui-même francilien et qui a déjà chanté sur le thème de l’éducation (« Éducation Nationale », « Le Blues de l’Instituteur »…), s’est avancé et a lu avec sa voix inimitable l’article 11 de la même Déclaration universelle.

La cérémonie poignante s’est achevée par « La Marseillaise », chantée a capella par l’artiste lyrique héraultaise Barbara Derathé.