Mis à jour, le 11 juillet 2019 – 08:00

Les abus sexuels commis dans le cadre de la spiritualité ont pour particularité d’être justifiés par les « fidèles ». Viols et crimes pédophiles des prêtres, attouchements des professeurs de yoga ou tortures psycho-sexuelles comme à Lérab Ling, sont ouvertement défendus par des hommes et des femmes en quête de spiritualité. Au nom de la sagesse et de la compassion.

Que s’est-il passé dans ce joli monastère bouddhiste à si paisible apparence, situé non loin de Lodève ? Rien qui ne fut prévisible. Tout était soigneusement calculé. Depuis 1994, Sogyal Rinpoché (signifie le précieux !) était visé par des accusations d’abus sexuels, avant même la sortie du « Livre tibétain de la vie et de la mort », compilation d’ingrédients new age très éloignée du bouddhisme authentique. Malgré sa perversité notoire, Son Obésité Sogyal, adoubé par le Dalaï-Lama, a pu se livrer durant des années à des viols, violences physiques et vols d’argent. En toute impunité.

Annonce - Pub - Advertisement

On ne change pas une Sangha qui gagne

Minimisant ou occultant les exactions de Sogyal, Lérab Ling n’a pris aucune mesure particulière depuis l’explosion du scandale. Les plaintes émanant des fidèles agressés font pourtant mention de complicités au sein du monastère. Notamment, d’autres Rinpochés auraient parfois été invités à « partager » les femmes. Si la prise de conscience attendue n’a pas eu lieu, ne faudrait-il à minima prévenir d’autres crimes ? Nullement. Le sujet est tabou. Pas question d’écorner cette mise en scène d’hommes en robe prêchant devant des bouddhas en or. La sagesse est là, nous dit-on. Alors, fermons les yeux, et retournons méditer.

Le nettoyeur

Interrogé, Matthieu Ricard invite désormais les disciples à la vigilance. Présent lors de linauguration du monastère, en compagnie de Carla B. Sarkozy et de Bernard Kouchner, lauteur à succès pouvait-il ignorer les travers du personnage Sogyal ? Altruisme et compassion versus lucidité. A quand un plaidoyer pour les victimes du bouddhisme tibétain ? 

L’enseignement du Bouddha

Fils d’un roi, Siddharta Gautama s’ouvrit à la réalité lorsqu’il sortit de son palais. Cette scène symbolise la renonciation au conditionnement mondain. Il deviendra le Bouddha, l’éveillé, en accédant à la connaissance. Mara, le démon, vint le trouver dans sa méditation pour lui enseigner la vérité. Cette allégorie signifie que la réalisation spirituelle ne s’obtient qu’à partir de la nécessaire vision du mal. Bouddha signifie « Celui qui a réalisé l‘intellect ». Le bouddhisme traditionnel est une voie de réflexion. Étrangement, l’ensemble du bouddhisme contemporain dissuade les disciples de réfléchir.

Annonce - Pub - Advertisement