« Faire vivre la laïcité, pour vivre ensemble », Montpellier rend hommage à Samuel Paty, l’enseignant assassiné

Montpellier Hommage à Samuel Paty 18 octobre 2020
Montpellier Hommage à Samuel Paty 18 octobre 2020 - Photo @ Charles Dos Santos

Il est 15h18 lorsque, comme un seul homme, toute la place de la Préfecture à Montpellier s’est tue, soudainement. L’émotion était alors à son comble, moins de 48h après le sordide assassinat de Samuel Paty, en région Parisienne. Compte rendu d’un rassemblement populaire qui marquera les esprits de ceux qui y ont participé.   

Il a le visage grave. Il arrive, accompagné de plusieurs proches et d’un membre du service du protocole de la municipalité. Au vu de la situation, toute autre expression du visage aurait dénoté. Il est lui-même « professeur d’un collège de la République », comme il le précisera quelques minutes plus tard à la presse locale. Il s’agit de Michael Delafosse, Maire de Montpellier et Président de Montpellier Méditerranée Métropole. Arrivant à pied, il se fraye un chemin et salue les nombreux Montpelliérains qui viennent à sa rencontre. 

C’est peu de l’écrire, mais plusieurs milliers de Montpelliérains s’étaient donné rendez-vous dans l’hypercentre de la cité héraultaise. À proximité de la préfecture, Michaël Delafosse est rejoint par plusieurs de ses élus, dont Fanny Dombre Costes et Sébastien Cote, mais aussi par le Préfet lui-même, Jacques Witkowski. Après les salutations d’usage, le temps de l’hommage commence. C’est le responsable FSU de l’Hérault qui prend la parole en premier. Ému, il rappelle les faits et détaille que « cette fois, c’est un de nos collègues, professeur de la République qui a été victime de cet assassinat par un fanatique religieux ». 

À la fin de son propos, la voix fragile, il demande aux « habitants de Montpellier venus cette après-midi de respecter une minute de silence » et annonce dans la foulée que plusieurs « autres organisations syndicales enseignantes prendront la parole ».

Réaction Michaël Delafosse, Maire de Montpellier et Président de la Métropole : « faire vivre la laïcité, pour vivre ensemble. »

L’école de la République attaquée !

Comme annoncé, certains responsables syndicaux départementaux prennent ensuite la parole. Unanimes, ils mettent successivement en garde la population, sur le fait que cette fois, c’est bien l’école de la République qui est attaquée. Et de la pire des manières. Chaque intervention verbale est ponctuée par des applaudissements du public. À l’issue de la dernière prise de parole, le responsable syndical de la FSU appelle la foule à « calmement se disperser dans le calme, dans le recueillement… ». La suite de ses propos est ensuite totalement couverte par une Marseillaise entonnée à capella par le public présent.

Réaction Sabine Raynaud, enseignante déléguée Snudi FO : « nous sommes l’école de la République, nous sommes l’école de tous les enfants … nous sommes l’école de tous les savoirs, et nous voulons le rester. »

Une fois de plus, cet après-midi, Montpellier a montré que ses habitants sont plus que jamais viscéralement attachés aux valeurs de la République, à commencer par la plus belle d’entre elles : la Fraternité.