[VIDEO] Ce vendredi matin, La France insoumise tenait une conférence de presse pour présenter, dans le cadre des prochaines régionales, « l’appel pour une fédération populaire en Occitanie » en présence notamment, du député européen, Manuel Bompard.

VOIR AUSSI : [VIDEO] Suez : Montpellier, mobilisation des salariés qui craignent la destruction de leur entreprise

Après une courte introduction de René Revol, maire insoumis de Grabels et Vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole, c’est le conseiller régional Jean-Christophe Sellin qui a décidé de rentrer le premier dans le vif du sujet, sans esquiver pour autant la possibilité que les élections régionales ne puissent pas avoir lieu, en revenant sur le mandat bien rempli dans l’opposition, des élu(e)s insoumis.

Un mandat, qui doit appeler pour l’élu, à « un réveil politique », en appelant à un « rassemblement autour de causes communes et à proposer une nouvelle forme d’alliance populaire ».

Même constat, pour la conseillère régionale, Myriam Martin, « on s’est battus, pendant tout le mandat régional, pour un service public à la hauteur », un combat difficile avec « les nombreuses contradictions de la politique régionale ». Mais une chose est sûre pour la conseillère régionale, « il faut que les forces se rassemblent pour créer une liste de rassemblement qui porte un projet alternatif et qui mette en avant la question démocratique ».

Un appel similaire devrait prochainement être lancé à l’échelon départementalepar les représentants de la France insoumise, Nathalie Oziol, Stéphanie Andral et Matthieu Brabant.

« Nous tendons la main, sans aucun préalable sur la tête de liste » Manuel Bompard

Pour l’eurodéputé toulousain, les discussions vont bon train avec les forces politiques de la Région, « nous tendons la main à EELV, aux communistes, à Génération-s, à toutes les organisations politiques intéressées à construire une liste d’opposition ». « Nous voulons rassembler autour d’un autre cap pour la région Occitanie »

L’élu le confirme, « il n’y a aucun prérequis », « un premier tour de discussion a eu lieu avec le Parti communiste, EELV et Génération-s, le deuxième round de discussion doit avoir lieu dans les 15 prochains jours, nous espérons y voir plus clair début novembre ».

Manuel Bompard n’interdit pas que la tête de liste puisse revenir aux écologistes, mais « les insoumis ne pourront pas être derrière une tête de liste EELV dans toutes les régions, un accord national doit être mis en place ».

L’eurodéputé appelle la Présidente de la Région, Carole Delga à la « clarté ».

Pour l’eurodéputé, Carole Delga manque de « cohérence ». « Le score du Rassemblement National est aussi une motivation de la démarche », « il faut s’attaquer aux éléments à la racine ». Même son de cloche pour Jean-Christophe Sellin, « il faut répondre politiquement à toutes les raisons qui font prospérer le Front National [Rassemblement National] ».

Manuel Bombard, comme Myriam Martin se questionne, « au deuxième tour, la Présidente de Région pourrait-elle s’allier aux macronistes ? », « on a vu un glissement dans le Région vers le macronisme, qui fait monter le Rassemblement National ». 

Vers un report des élections départementales et régionales ?

Jeudi 15 octobre, l’Élysée a confirmé la mise en place d’une commission indépendante pour réfléchir à la faisabilité des élections de mars. Pour Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, interrogé sur la faisabilité de la tenue des élections départementales et régionales « il faut que la décision soit prise avant que la campagne officielle commence », celle-ci devrait donc intervenir « avant la fin de l’année, début de l’année 2021 ».