[VIDEO] Montpellier urbanisme Maryse Faye donne le ton : « résilience, anticipation, prospective, et responsabilité collective »

Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier
Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier ©JPVallespir

Hôtel de Ville, salle des conférences de presse le 22 septembre 2020 : « résilience, anticipation, prospective … et une responsabilité collective » Maryse Faye adjointe de Michaël Delafosse donne le ton et la direction pour les projets des promoteurs, à l’occasion du lancement du salon de l’immobilier devenu digital, pour cause de Covid-19.

« Nous avons le devoir collectivement, vous les acteurs du territoire, et nous les politiques d’assurer une production constante et durable pour répondre qualitativement et quantitativement, socialement parlant et écologiquement parlant, aux besoins des habitants qui sont ici et ceux qui viendront.» Un message clair et direct de la Déléguée à l’urbanisme durable et la Maitrise foncière qui ajoutera : « ceux qui n’adhèrent pas à ce projet et à ce défi, ils ne viennent pas nous voir. »

« Alors, comment travailler avec vous ? »

Un discours de 8 minutes et 30 secondes, qui révèle toute la philosophie de la politique de la nouvelle équipe municipale. Une politique de l’action qui a l’ambition de transformer l’immobilier à Montpellier. Une volonté de convaincre et de faire adhérer dès à présent, les différents interlocuteurs. Cela face à un PLUi (document qui définit les règles) qui ne sera opposable qu’en 2023. Pour Maryse Faye, il n’y a pas de temps à perdre. 

3 ans, c’est déjà une période de mi-mandat. Alors la Déléguée à l’urbanisme insiste : « nous devons travailler ensemble à faire beaucoup de pédagogie vis-à-vis des promoteurs, pour que nos références soient mises en place dès maintenant. »

Interview de Maryse Faye, adjointe au maire de Montpellier, déléguée à l’urbanisme durable et à la Maitrise foncière :

Artificialisation des sols, et cadre de vie apaisé

« Ce que l’on attend de vous, c’est effectivement l’innovation, » lance Maryse Faye avant d’introduire la notion de controverse, avec la lutte contre l’artificialisation des sols. « C’est à dire, lutter contre l’étalement urbain, et c’est en controverse : maintenir un cadre de vie apaisé pour chaque citoyen […] l’écologie, c’est aussi le bien être.» Ainsi, l’objectif sera de déterminer des territoires de projets pour pouvoir densifier : « c’est à vous, et à nous qu’appartient la lourde tâche de trouver l’emplacement du curseur entre cette ville apaisée, et cette densification. »

« Dans une ville comme Montpellier, ce n’est pas acceptable »

« Dans une ville comme Montpellier, ce n’est pas acceptable. » À deux reprises, Maryse Faye utilisera ces termes. Une première fois chiffres à l’appui pour dénoncer qu’il y a plus de constructions en diffus que dans les ZAC (Zone d’Aménagement Concerté). Une seconde fois pour faire constater la surenchère foncière, et les coûts de construction qui s’envolent : « le logement doit représenter une offre équilibrée sur l’ensemble de la métropole, pour pouvoir répondre à toute les classes de la population. »

« Vous avez filmé tout ça… »

« Vous avez filmé tout ça… » s’assure le maire de Montpellier qui vient lui aussi de terminer son discours de plus de 17 minutes face à un parterre de journalistes et de communicants venus pour le lancement et l’inauguration du salon de l’immobilier. Michael Delafosse affiche sa détermination politique en matière d’urbanisme, et souhaite qu’elle puisse être largement partagée.

VOIR AUSSI : Montpellier : Michaël Delafosse constructif et rénovateur avec le monde de l’immobilier

Le maire de Montpellier s’était déjà montré constructif et rénovateur  avec le monde de l’immobilier. Et ce jour, Michaël Delafosse a salué la qualité des propos et la hauteur de vue de son adjointe et prévient : « les visions de court terme sont des visions faciles, mais qui nous mettent après au pied du mur […] Et Maryse Faye à la ville, Coralie Mantion à la métropole, ont cette responsabilité de redéfinir des stratégies de long terme. »

Un nouveau récit

Ligne directrice : « un nouveau récit autour des enjeux d’urbanisme et d’aménagements » annonce Michaël Delafosse, et : question essentielle « quelle ville voulons-nous et où voulons-nous habiter ? »

Le maire dénonce à nouveau l’urbanisation à la parcelle, et souhaite de la cohérence avec les ZAC et les nouveaux territoires de projets, entre défi urbain, revitalisation du centre historique de Montpellier, et autres secteurs de la métropole. Il prendra l’exemple emblématique de la ZAC Pagezy avec le « noeud qu’est le Polygone » et cette nécessité « d’un renouvellement urbain pour assumer de la densité, en plein coeur de ville. »

Urbanisme à l’échelle du territoire, le président de la métropole de Montpellier annonce « l’affaire des frontières », un contexte très favorable, où l’envie de se parler pour « élaborer une stratégie à l’échelle du bassin de vie » existe. Michaël Delafosse citera notamment le président de l’Agglomération du Pays de l’Or Stéphan Rossignol, ou encore François Commeinhes pour Sète et Michel Arrouy pour Frontignan.

Coronavirus. Période complexe qui permet de réfléchir à de nouvelles valeurs, de changer une course folle, en une folle envie d’équilibre. Ne plus subir ! La nouvelle équipe municipale n’avait nul besoin de ce paramètre anxiogène pour s’imposer ce nouveau cap, les objectifs étant déjà clairement annoncés dans le programme de « Montpellier Unie ».

« Il est de notre responsabilité de bien poser les choses […] et nous ne pouvons le faire que s’il y a un dialogue fructueux, fécond avec l’ensemble des professionnels », conclura Michaël Delafosse en s’adressant aux acteurs de ce secteur, à l’occasion du lancement de ce 20e Salon de l’immobilier.