Impactés par la crise sanitaire, les vignerons doivent faire face à de nouveaux défis. Le Président du Département Kléber Mesquida réalise, comme chaque année, une tournée des caves pour rencontrer les viticulteurs. Dans le contexte actuel, le Département porte son aide plus que jamais. 

VOIR AUSSI : Bourse aux plantes et aux graines à l’Arboretum 

« Les viticulteurs sont des acteurs majeurs de l’économie héraultaise. Ils façonnent l’Hérault et participent à sa notoriété. Face aux défis climatiques, environnementaux et économiques, nous sommes à leurs côtés. Cette année pour surmonter la crise, nous avons voté un budget exceptionnel de plus de 2M€, qui s’ajoutent aux 17M€ que nous leur consacrons en temps normal » témoigne Kléber Mesquida, enclin à assurer la pérennité des vignes de la Région.

Cette tournée des caves est organisée au moment des vendanges. Elle est supervisée par les conseillers départementaux, notamment Jean-Luc Falip vice-président délégué à l’aménagement rural, agriculture, viticulture, pêche et forêt et Yvon Pellet, délégué à la viticulture et à l’ Observatoire viticole.

Des rencontres et des échanges avec les viticulteurs, concernant les diverses difficultés rencontrées dans les caves coopératives : maladies de la vigne, foncier agricole, irrigation, promotion des produits. Cette année, un nouvel enjeu s’est présenté et des mesures ont été prises pour tenter de solutionner le problème.

Plus de 2,25M€ ont été versés pour la viticulture post-COVID

La viticulture héraultaise s’est vu bénéficier de plus de 2M€, dont 250 000€ servent à financer la main d’oeuvre pour les travaux des vendanges permettant ainsi de maintenir le RSA pour les non-salariés agricoles qui pourraient y participer.

Avec la crise du Covid qui a entraîné une forte baisse des ventes, une aide pour distiller les hectolitres invendus a été mise en place. Pour vider les cures encore pleines à l’heure de la nouvelle vendange, l’état a permis aux caves de distiller des hectolitres de vin. Cet alcool servira ainsi à la production de gel hydroalcoolique.  Pour une meilleure valorisation du prix de ce vin vendu pour la distillation, le Département souhaite contribuer à hauteur de 2€ par hectolitre distillé.

Un projet pour anticiper les risques climatiques

Le Département souhaite s’associer avec la Chambre d’Agriculture et l’entreprise PREDICT créée par Airbus Defense & Space, Météo France et BRL et spécialisée dans la gestion des risques. Le but serait de permettre aux agriculteurs de mieux anticiper les phénomènes climatiques et ainsi adopter des pratiques adaptées pour éviter tout dommage sur les cultures de vigne. En effet, sur les 17 dernières années, 31 événements climatiques ont donné lieu à un certain nombre de conséquences dans le domaine agricole.

VOIR AUSSI, Maraussan : « si la vigne n’a plus sa place dans le midi, l’homme ne l’aura pas davantage »