Montpellier : Mobilisation pour sauver la liberté des mouvements sociaux

Montpellier : Mobilisation pour sauver la liberté des mouvements sociaux (CR CDS)

Dès le départ, le décor est planté. Le point presse organisé ce jour au Dôme était tout sauf une ode à la Macronie. Bien au contraire. 

VOIR AUSSI : Montpellier : Braderie solidaire, les 4 et 5 septembre

À quelques jours de la première grande manifestation prévue notamment par les Gilets Jaunes le 12 septembre prochain, un collectif de mouvements associatifs et politiques majoritairement de gauche s’est réunie pour tirer la sonnette d’alarme sur l’extension des pouvoirs des préfets et les lois liberticides mises en place récemment, selon eux. « Une chose est claire : le gouvernement Castex veut tranquilliser au maximum, sa rentrée sociale et pour y parvenir, ils font peur à la population ».

Alban Desoutter, puisque c’est lui l’auteur de ces mots, était entouré de plusieurs représentants locaux des mouvements de gauche dans l’Hérault. La France insoumise, le Parti de Gauche, Convergence 34 et plusieurs représentants des Gilets Jaunes étaient ainsi présents à l’étage du bar « Le Dôme », au centre de Montpellier.

Tous n’avaient qu’un leitmotiv à la bouche que l’on pourrait résumer ainsi : « On veut nous faire taire ».

Le plus en verve était sûrement le représentant montpelliérain du mouvement Convergence 34 qui estime pour sa part que « sous Macron, on vit clairement dans une dictature ou à tout le moins dans un total déni de démocratie ». Les soutiens du Président de la République apprécieront l’attaque.

« Ils cherchent semaine après semaine à criminaliser toujours plus les mouvements sociaux », a pour sa part, estimé Romain Larive, le dynamique porte-parole du NPA avant d’ajouter qu’à ses yeux « ce gouvernement-là (avec Jean Castex à sa tête) comme le précédent (avec Édouard Philippe comme 1er ministre à l’hôtel Matignon.) Ils sont tous les deux totalement illégitimes ».

Tous avaient bien en tête les prochains évènements sociaux, qu’il s’agisse de la manifestation des gilets jaunes prévue le samedi 12 septembre, comme l’appel à manifester lancé cette fois par plusieurs organisations syndicales, annoncé pour le jeudi 17 septembre prochain. Si tous ont fait part de leur volonté d’y participer pacifiquement et invitent les Héraultais à s’y rendre en masse, ils craignent unanimement que « les préfets comme le gouvernement renforcent les arrêtés et décrets déjà pris pour dissuader la population d’y participer », comme l’a affirmé Serge Ressiguier, représentant du PCF 34, ce mercredi midi.

Une chose est sûre. Le climat social ne risque clairement pas de s’améliorer dans l’Hérault comme sur le territoire national. On n’a donc pas fini d’entendre parler de « bavures », d’erreurs, de manifestations, de répression dans les prochains mois.