[VIDEO] Montpellier, Michaël Delafosse : « construire une nouvelle synthèse politique, c’est la leçon de Jean Jaurès »

Michaël Delafosse hommage à Jean Jaurès
Michaël Delafosse hommage à Jean Jaurès @JPVallespir

Montpellier. Ce 31 juillet 2020, durant la cérémonie hommage à Jean Jaurès, Michaël Delafosse a essayé de retenir ses larmes. Émotion intense, le maire de Montpellier réalise à ce moment tout le chemin parcouru, et l’importance de la mission qui est la sienne aujourd’hui.

De longues secondes, les yeux fermés sous les applaudissements, Michaël Delafosse reprend son souffle, et tente de garder ses émotions pour lui. Il mesure certainement tout le travail accompli depuis le 26 mai 2018, lancement de son mouvement Destins Montpelliérains, un travail de reconstruction d’une force politique qui s’était effondrée.

VOIR AUSSI Michaël Delafosse, des « Échanges citoyens » à la Mairie de Montpellier ?

Périodes difficiles d’un parti déserté, d’un PS abîmé par des fossoyeurs en tout genre d’un Cahuzac à un Macron, en passant par un Strauss-Kahn. Dure réalité d’un personnel politique agrippé à ses avantages, d’une classe dirigeante indifférente au sort collectif, aveugle aux sursauts d’un monde qui crie sa détresse et son urgence.

La statue de Jean Jaurès reste là imposante, rassurante, Michaël Delafosse ouvre les yeux sa voix tremble encore : « vous voir si nombreux, vous voir tous ici, rassemblés pour Jaurès, c’est pour moi une émotion immense […] oui nous avons pensé qu’il fallait rassembler les femmes et les hommes de gauche au premier et au second tour. Nous avons cru, comme Jaurès en son temps que la démocratie était un talisman, comme une conquête, et que nous devions être à sa hauteur. »

Un travail de reconstruction

La force par l’exemple : « nous allons beaucoup travailler à Montpellier, » les derniers conseils menés par le nouveau maire de la ville, et nouveau président de la métropole laissent entrevoir une gouvernance qu’il souhaite comme une référence. Une référence pour faciliter un travail de reconstruction, et sans aucun doute possible après ce discours du 31 juillet 2020 : un travail de reconstruction à l’échelle nationale. « J’étais très fier de vous représenter à Tours avec l’ensemble des maires et présidents de métropole, issus de cette grande victoire de la Gauche et de l’Écologie […] Je crois qu’il est temps d’un nouvel Épinay [congrès d’Épinay, NDLR], d’un nouveau rassemblement […] Nous devons le faire non pas pour imiter le passé, mais pour écrire un nouveau chapitre de l’avenir […] Oui, il faut construire une nouvelle synthèse politique, c’est la leçon de Jean Jaurès. Il l’a fait pour la SFIO, c’est le président Mitterrand après 1968 qui crée la victoire de 1981. »

D’un destin montpelliérain à un destin élyséen ?

Un objectif 2022 semble se dessiner pour vouloir construire la réussite de l’alternance écologique et solidaire : « il n’y aura pas de victoire possible à la présidentielle et aux législatives s’il n’y a pas beaucoup d’énergie mise dans ce rassemblement […] Je vais participer à cela, je vais convaincre. » Vidéo.

Extrait du discours de Michaël Delafosse pour la cérémonie d’hommage à Jean Jaurès :

« Le capitalisme porte en lui la guerre… »

Interview, occasion de faire réagir Michaël Delafosse sur une citation de Jean Jaurès : « le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage, » en la replaçant de nos jours, et dans le contexte du social.

Interview Michaël Delfosse, maire de Montpellier et président de la métropole :