Il aurait pu commander un sondage comme Mohed Altrad, il aurait pu insinuer que le président Macron est en marche avec lui comme Philippe Saurel, mais il n'a nul besoin d’être adoubé ni d’user des artifices d’une étude, pour se forger un destin.
Samedi 26 mai, dans l'amphithéâtre d'anatomie de la faculté de médecine, le socialiste Michaël Delafosse, vice-président du Département et conseiller municipal d'opposition, a lancé son mouvement : destinsmontpellierains.fr

Michaël Delafosse décide a...

Vous devez être connecté et abonné pour accéder à ce contenu.