[VIDÉO] Montpellier tourne la page Saurel et accueille Michaël Delafosse comme 62e Maire de la Ville

Michaël Delafosse 4 juillet 2020
Michaël Delafosse a été élu maire de Montpellier, le 4 juillet 2020 (©JPVallespir)

[VIDÉO] L’enseignant quadragénaire est officiellement devenu, ce 4 juillet, le 62e Maire de la ville de Montpellier.

VOIR AUSSI : Montpellier : Michaël Delafosse est élu maire

Ils étaient tous là, dans l’hémicycle de la Mairie de Montpellier. Tous, les colistiers de la liste Montpellier Unie, dont le chef de file, Michaël Delafosse est devenu le nouvel homme fort de la ville. Ils étaient tous, ensemble. Un mot fort au cœur et à l’esprit du nouvel édile.

« Pour Montpellier, il est temps de changer ». Rarement, le slogan d’un ancien candidat au premier tour des municipales n’a été mis en forme…… par un autre ! Porté par Alex Larue, il y a de cela quelques semaines, cette maxime était incarnée ce matin, mais par un autre homme : Michaël Delafosse.

L’instant est solennel. Le discours se veut concis et rassembleur.

Quelques minutes après avoir été élu avec 48 voix sur 65 élus à la ville et longuement applaudi notamment par ses colistiers, Michaël Delafosse, sourire aux lèvres, auréolé de son écharpe de Maire flambant neuve, avance d’un pas assuré vers le pupitre. L’instant est solennel. Le discours se veut concis et rassembleur. « Trop, vraiment beaucoup trop de gens se sont éloignés de la vie politique ces derniers mois, ces dernières années », déplore, d’emblée le nouveau locataire de l’hôtel de Ville.

L’idée de Michaël Delafosse est claire comme de l’eau de roche : rassembler, rassembler et encore rassembler. Il faut redonner le goût au grand public de s’intéresser à la chose politique. Pour y parvenir, l’élu a sa petite idée sur le chemin à suivre. Prolixe, il le détaille devant un auditoire attentif. « Nous devons et devrons être exemplaires. Nous avons un mandat clair. Nous devrons faire des choses clairement, en transparence. Nous avons l’impérative obligation de tenir nos engagements, même s’ils sont nombreux ». 

« Exemplarité, probité morale, rigueur, sens du devoir, sens du service public ».

Le candidat égraine ensuite ce qui semble être le mantra, sa ligne de conduite pour les 6 ans de mandature qui s’ouvrent à lui. Ces idées fortes, posément énumérées, semblent s’imposer de facto à cet instant précis à une équipe réunie au centre de la salle du Conseil municipal. À cet instant précis, tous prennent conscience probablement qu’ils changent de casquette et ajoutent celle, lourde de sens, d’Élu de la République française à celle de citoyen français.

Soucieux de n’oublier personne, Michael Delafosse tient à saluer « les élus, les parlementaires et les différents partenaires présents dans la tribune pour le public », avant de rappeler « son soutien constant au monde sportif » et de se présenter comme un édile qui sera le «  premier supporter des grands clubs qui font de Montpellier, une grande ville de sports, mais aussi des petits clubs moins connus qui font vivre les quartiers de la ville »

« Lorsque les forces et les volontés sont jointes, les capacités pour réussir n’en sont que décuplées ».

C’est par ces mots, finement choisis, que le successeur de Philippe Saurel a réaffirmé sa « très forte volonté de travailler en cohérence et en bon partenaire avec Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie et Kléber Mesquida, Président du Département de l’Hérault. »  Laurent Blondiaux, Hussein Bourgi et Kamel Chibli, proches de la première citée, ont dû apprécier d’entendre de tels propos, à Montpellier.

N’hésitant pas à citer successivement Paul Valéry, dont l’université de Montpellier porte le nom, Jean Jaurès, cher au cœur de tout militant du Parti Socialiste qui se respecte, ou bien encore Isaac Newton, Michaël Delafosse a ensuite voulu mettre en perspective dans le calendrier qui est désormais le sien pour les 2100 jours où il aura la charge de présider aux destinées de Montpellier. « Il faudra travailler et beaucoup travailler. Je n’accepte pas et n’accepterai jamais cette idée de l’impossibilité de faire, de l’impuissance à faire. Nous avons été élus pour faire, pour agir. Alors, nous allons agir », a clamé Michaël Delafosse.

Soucieux de joindre la parole au geste, il a conclu son discours en affirmant haut et fort que « dès aujourd’hui, Montpellier doit et va être mise sur le chemin de la transition écologique, car il en est plus que temps » avant d’officialiser quelques minutes plus tard, la nomination de Fanny Dombre Costes, au poste de première adjointe à la ville de Montpellier. L’élue sera en charge « du vaste domaine de l’éducation et il y a tant de travail à faire » a lui-même commenté le nouvel édile avant d’enlacer sa première adjointe.

Ont été élus Adjoints au Maire :

    1. Fanny DOMBRE-COSTE, Déléguée à l’Éducation
    2. Manu REYNAUD
    3. Maryse FAYE
    4. Hervé MARTIN
    5. Agnès ROBIN
    6. Michel CALVO
    7. Tasnime AKBARALY
    8. Sébastien COTE
    9. Séverine SAINT MARTIN
    10. Michel ASLANIAN
    11. Marie MASSART
    12. Stéphane JOUAULT
    13. Emilie CABELLO
    14. Charles SULTAN
    15. Mylvia HOUGUET
    16. Mustapha LAOUKIRI
    17. Fatma NAKIB
    18. Roger-Yannick CHARTIER
    19. Véronique BRUNET
    20. Boris BELLANGER
    21. Nicole MARIN-KHOURY
    22. Laurent NISON
    23. Radia TIKOUK
    24. Eddine ARIZTEGUI
    25. Agnès SAURAT

Les nominations des autres élus interviendront dans les prochains jours. Juste après la séance, qu’il a conclue par des mots forts de soutien à la presse et à sa liberté d’expression, le Maire de Montpellier s’est mis au travail……… en allant célébrer les premiers mariages de ce nouveau mandat. Il est des moments sûrement plus difficiles que ceux-là, dans une carrière de Maire.